Mis en avant

Griffures du temps

Nos rides sont les lignes de notre vie écrite sur le parchemin du temps.

Stigmates physiques et traces émotionnelles, texture et reliefs révèlent ce que l’on est devenu au delà de notre apparence corporelle.

Signature du temps passé, les diverses contractions musculaires ont façonné nos rides, révélant notre parcours de vie.

L’âge réel n’est en rien dévoilé par ces sillons ingrats qui vont plisser notre visage.

Bien qu’étant une évidence, il nous faut sortir de cette tyrannie de l’apparence et accepter cette histoire de vie qui illumine notre visage.

Mis en avant

Thanatos

La vie est faite de nuances, fragilité et robustesse, douceur et force, et bien souvent aussi, elle nous met à genou….

Il nous appartient alors de nous relever….ou pas

Avoir conscience de notre finitude, c’est donner un sens à cette vie qui bien souvent nous emplit de crainte quant à l’avenir, mais aussi d’angoisse si l’on la dénie.

Le décès des autres nous ramène à notre propre condition de mortelle, dont seul l’homme dans le règne des vivants peut en faire le constat.

Notre désir de vivre, n’est-il pas psychologiquement lié à la mort…

Notre énergie à vivre ne s’éteindrait-elle pas si nous ne craignions pas la mort

Mis en avant

Miroir vivant

La lecture de nos rides sont le reflet de notre parcours de vie

Notre corps donne la lecture de la personne que l’on est, mais les expressions de notre visage, ces lignes de vie définissent qui nous sommes devenus.

Barres et griffes du lion, pattes d’oies, ridules sont autant de noms donnés aux émotions qui ont sculptées notre visage, laissant leurs empreintes sur le temps passé.

Seul la lumière dans nos yeux illustre la jeunesse de notre âme

Mis en avant

Courage, oui mais ….

L’imprévisibilité des événements de notre quotidien nécessite une dose de courage, nous devons nous conformer à l’ordre du monde et en accepter les règles.

Rester stoïque face aux événements de ce quotidien, est ce déjà du courage ou ne se révèle t’il que dans l’urgence d’une situation.

Ne pouvant prédire nos décisions face à une situation inconnue, nous ne pouvons décider d’être courageux et le rester.

Sommes nous naturellement courageux, admettant que le courage est une disposition naturelle, ou est ce le regard des autres qui définit notre vaillance.

Est ce que la valeur de l’action définit la valeur du courage, ou est ce plutôt la noblesse du but à atteindre qui définit la valeur de ce courage

Mis en avant

Désirs

Suffit il d’évaluer et identifier nos désirs pour en rester maître, en avoir conscience laisse t-il à penser que l’on les a choisis.

Nos désirs ne cachent ils notre propre ignorance sur nos envies réelles, est ce alors illusion que de vouloir les maîtriser.

Choisir ses désirs , n’est ce pas remettre en cause la légitimité du plaisir. Sans être érotomane, notre énergie libidinale, reste de nature sexuelle, oriente t-elle nos désirs.

Affirmer ses désirs est ce être libre de nos choix, ou doit-on parler de choix inconscient

Mis en avant

Anxiété du bonheur

Cette inquiétude sourde qui perturbe nos jours et nos nuits et pèse sur notre existence.

Cette anxiété du quotidien qui augmente notre rythme cardiaque et nous contracte l’estomac et nous empêche de vivre une vie dite normale.

L’appréhension du lendemain, nous empêche de jouir de l’instant présent et d’envisager le monde avec enthousiasme.

Nos pensées sont souvent toxiques et perturbent notre bonheur, il suffirait d’envisager la vie sous un autre angle, et que cette anxiété devienne positive?!.

Ne pourrait-elle pas stimuler notre capacité au bonheur.

Mis en avant

Vide émotionnel

L’affectivité déraille et crée des angoisses anaclitiques ou la peur de l’abandon et l’intrusion de l’autre se mêlent.

Les liens avec L’autre sont tellement douloureux qu’ils provoquent des sensations de rejet .

Le manque d’estime de soi, le sentiment d’isolement, de solitude, nous conduits à des comportements à risque.

Auto sabotage de ces relations amoureuses, professionnelles, amicales, créent des ruptures affectives et accentuent le mal d’être.

Cette instabilité caractérielle, émotionnelle, relationnelle et psychique nous amène à une insécurité intérieur constante provoquant une perte de contrôle, laissant surgir les angoisses d’une situation affective et de dépendance de l’autre.

Toutes ces fêlures intérieures fracturent notre existence.

Mis en avant

Absence affective

Il ne peut pas, il ne peut plus..

Il a mal de ce manque d’amour, mal de cette solitude imposée, de cette sensibilité exacerbée qui mouille son regard si souvent.

Ne pas être heureux, pire, être malheureux, avoir besoin d’une épaule pour poser sa tête, d’un sein pour y poser sa main et s’endormir sereinement, ne plus craindre le lendemain.

Blessé par la vie, ces cicatrices le font souffrir. Comme il serait doux et agréable qu’elle pose cet onguent et le libère de ces souffrances , qu’elle le libère de ces doutes, de ces craintes par des gestes d’amour, de tendresse et de compassion.

Conscient de ce besoin de reconnaissance, il lutte pour trouver cette indépendance affective.

Mais sa sensibilité le paralyse et ô combien il en souffre

Mis en avant

Tsunami émotionnel

Il nous fait apprendre à survivre à ce tsunami émotionnel, évitant qu’il ne devienne une crise récurrente d’angoisse.

Ne pas ce laisser gouverner par nos émotions, car elles déforment notre perception du moment.

État limite ou dysrégulation émotionnelle, il nous faut accepter que nos émotions ne sont pas dans la réalité et que nous devons apprendre à les réguler.

Oui mais…entre la prise de conscience intellectuelle du problème et la perception émotionnelle du problème, il,y a un tsunami

Mis en avant

Trop, n’est pas assez


Avoir de la difficulté à ce satisfaire de l’instant présent en entretenant ses souvenirs.

Vouloir croire que c’était mieux avant, nous cache la réalité et nous empêche de nous projeter dans l’avenir.

Avoir besoin d’une overdose d’action, une outrance de vie pour oublier notre mal d’être.

L’exubérance de l’action sous-entend une fatigue physique et émotionnelle qui atténue nos angoisses.

Exister par et pour l’autre est s’apercevoir que trop aimer ce n’est pas assez.

Mis en avant

Le bon choix

Toute au long de notre vie, nous avons dû faire des choix, avec la difficulté que cela a impliqué parfois.

Comment faire le bon choix, alors que nous ne pouvons nous projeter dans l’avenir.

Cette état de fait nous amène à une fatigue émotionnelle et affecte notre propension à prendre des décisions, nous empêchant de nous détacher de l’immédiateté.

Il nous faut prendre du recul, nous donner les moyens d’analyser nos désirs authentiques, excluant les choix multiples. Cette capacité est d’ordre culturelle, tant la pression du regard des autres nous fige

Ne serait-il pas temps de choisir le meilleur pour nous.

Mis en avant

L’autre

Cette autre, qui diffère de nous, cet alter ego, cette autre conscience qui nous différencie, mais si proche.

Cette autre, qui provoque notre empathie, parce que nous comprenons ses sentiments, en imaginant être à sa place, les associant aux nôtres ou notre sympathie, liant et partagent nos sentiments avec les siens

L’autre, qui comme nous pense, souffre, aime est notre miroir et nous impose une responsabilité morale envers autrui.

Mis en avant

Morale

Serait elle l’apogée des faibles, de leurs faiblesses de ne pouvoir s’affirmer par leur seul volonté, trouvant ainsi un échappatoire à la violence.

Serait elle éthique, par l’étude des principes régissant les hommes.

Serait elle déontologique comme une fin en-soi, un simple devoir d’obéissance à la loi morale.

Serait elle téléologique, dont le bonheur serait le but autour duquel se détermine nos actions pour y accéder

Mis en avant

Besoin émotionnel

Émotionnellement affecté ou sensibilité exacerbée.

Notre vécu, face aux effondrements de nos repaires laisse la place à un vécu diffus, une inquiétude latente et un sentiment d’impuissance.

Hypersensibilité ou hyperémotivité ? si le premier et un don, le second est une catastrophe créant confusion, nous faisant perdre nos repaires.

Nos émotions sont aussi des informations, elles incarnent un propos et notre ressenti face à une situation.

Nos émotions sont des concepts abstraits que l’on ne peut cataloguer. Ni bonnes ni mauvaises, elles varient selon la vision que l’on a de la réalité.

Mis en avant

Réflexion personnelle

Que cherche-t-on dans nos questionnements quotidiens.

L’idée même d’une recherche du pourquoi se substitue au comment qui le caractérise et annihile ainsi la question.

La raison d’être de toute question, n’est pas la réponse recherchée mais la légitimité de ladite question.

L’objet du questionnement importe-t-il moins que la nécessité du questionnement, la réponse à cette question n’annule en rien celle ci, de part la multitude de réponses possibles.

Le mode interrogatif de la question est-il tout aussi important que la conclusion de la réponse apportée.

Mis en avant

Silence

Si l’astreinte et la seule condition à la réflexion, il nous faut nous soustraire au vacarme du quotidien pour un meilleur contrôle de nos pensées.

Seul le silence peut nous mener sur les chemins de la pensée, nous permettant de trouver la vérité sans être perturbé par nos sens

Le vide des espaces infinis enrobé du silence, nous amène à ce vertige existentiel , nous rapprochant de notre moi Intérieur

Mais seul le silence habité est révélateur de la vie et nous procure le plaisir des autres.

Le silence absolu rend difficile la rêverie et nous offre une image de mort

Mis en avant

Normalités

Existe-t-elle vraiment ? Les normes imposées nous cataloguent selon nos passions, nos vies, alors qu’elles ne sont qu’une notion statistique désignant la majorité des comportements.

Le trouble qui affecte nos âmes serait dû à notre incapacité à résister à nos passions, peut-on alors parler de névrose…

La normalité serait-elle donc, d’avoir des amis, un travail, une vie sociale…, et pourtant, derrière cette normalité se cache, les angoisses, les désirs inassouvis, les frustrations qui nous ramènent aux dépressions, et symptômes divers.

Il paraît donc impossible de définir une norme, tant nous sommes singulièrement différents.

Mis en avant

Nuit d’amour

Le parcours de nos mains sur ce corps oint, dont l’imaginaire avait enflammé nos sens.

Puis la rémanence des caresses voluptueuses qui apaisent notre ardeur.

Le bonheur du plaisir partagé

La douce complainte d’une respiration satisfaite et d’un visage illuminé par le sourire endormi de ce corps rompu

Imagination, tu es si cruelle

Mis en avant

Vrai

Fausse idée que de croire que la vérité est vraie.

Le vrai est-il réel parce que contrôlable, alors que l’idée même de la vérité ne trouve pas sa propre définition.

Comment savoir si l’objet de cette vérité est tel que nous le percevons, alors qu’il est tributaire de notre sensibilité et de notre perception.

Les apories de cette vérité nous laissent face au doute, notre jugement du vrai est il conforme et juste.

Rien n’est définitivement vrai, mais seulement provisoirement vrai.

Mis en avant

Vérité

Elle ne peut exister que de manière subjective.

Nos perceptions de la chose sont donc sujet à caution, tant la vérité est tributaire de nos connaissances.

Nos jugements ne peuvent être objectifs car cette connaissance est limitée à l’interprétation de l’on en fait.

Nos sens, trahis par notre perception, influencent notre rapport au vrai.

Mis en avant

Enfant intérieur

Le miroir me renvoie à l’image de cet homme d’âge mûr, alors que mon cœur est d’enfance.

De cette enfance douloureuse qui trop souvent fut enveloppée de solitude et dont les années passées ne l’ont pas amenée à la sérénité qui sied à l’âge

La conscience du profond est le terreau des maladies psychologiques du passé qui nuisent le présent.

L’on apprend ainsi à souffrir en pleine conscience, espérant souffrir moins.

Mis en avant

Bonheur, oui mais!!

La réponse est tributaire d’éléments spécifiques à chacun, donc très personnelle.

Qu’est-ce-que le bonheur?

La normalité de ce sentiment n’existe pas, seul, peut être la singularité peu se faire valoir.

Eudémonique serait l’absolu, se basant sur la confiance en l’être humain pour la recherche du bonheur, mais pour cela il nous faudrai libérer notre âme de l’emprise des désirs.

Le bonheur serait-il un idéal jamais atteint

Mis en avant

Appréhender le réel

On peut subir des perturbations émotionnelles qui conditionnent notre vie

Le vécu négatif nous oblige bien souvent à subir à contre cœur une ligne de vie autre, et le vivre très mal

Comment trouver l’enthousiasme du renouveau, sans toujours y parvenir jamais complètement.

Le décalage entre le plan intellectuel et affectif crée une contradiction émotionnelle.

Deux moins une égale, absence , vide, solitude .

Mis en avant

Mal..Heureux, ou pas Heureux

Le mal d’un être que l’on cherche, parce que confiant en l’avenir commun qui s’ouvre à nous, après des années à errer de solitude en solitude.

Solitude à qui symboliquement l’on donne son nom pour valider cette union tant espéré

Espérer vivre enfin le partage d’un vécu qui s’annonce heureux.

Heureux de pouvoir enfin donner autant que recevoir et effacer ainsi les blessures d’antan qui nous ont tant rendus malheureux

Malheureux de s’apercevoir que le bonheur tant espérée n’est que chimère, que les valeurs qui devaient consolider l’union de deux êtres, ne sont que des termes employés sans conviction aucune et trop souvent bafouées.

Mis en avant

Libre conscience

Est-ce-que la conscience est le reflet des représentations de notre quotidien à l’état d’éveil, en opposition à l’inconscience qui serait issue du sommeil.

Ce qui fait de nous des êtres responsables d’où la capacité de jugement intérieur de nos actions

Bonne ou mauvaise, la conscience s’oppose à l’inconscience morale de nos actes

La capacité de penser aux conséquences de nos actes et de nous responsabiliser, nous apporte la certitude de notre existence consciente et ne permet aucune excuse quant à la nature même de nos actions

Mais, est-ce-que la conscience est par nature intentionnelle

Mis en avant

Bien agir !!

Respecter ses idéaux suffit-il à valider une bonne décision, aux risques possibles, de conséquences mauvaises.

Nous ne disposons d’aucun moyen nous permettant d’être sûr du bien fondé de nos choix.

Vouloir bien agir suffit-il pour excuser l’erreur de jugement face à l’incertitude de l’avenir .

Bien agir ….. la décision consciente de l’intention, motivée inconsciemment par des principes et valeurs, mais dont les résultats restent improbables et sujet à controverse.

Mis en avant

Consolation

Apaiser par des mots, plus que par l’action.

Toujours nécessaire dans une relation d’empathie, toujours insuffisante dans l’absolu.

Consoler l’autre, ne change rien au fait, mais change tout pour celui qui reçoit, l’empêchant d’être seul dans la douleur.

Accepter la consolation c’est reconnaître sa faiblesse, sa vulnérabilité, il nous faut alors faire preuve d’auto consolation pour renforcer le bénéfice de l’aide reçue.

Savoir écouter, être présent, simplement laisser l’abandon de soi est la confiance s’installer.

Ce lien d’intimité ne requière pas de gratitude, il nous porte vers le bonheur, diminuant la douleur du moment.

Mis en avant

Sublimer la colère

Reconnue comme l’un des 7 péchés capitaux par les hautes instances chrétiennes, la colère, ne leur en déplaisent, peut-être bénéfique.

Excessive, voir inutile, elle nous rend souvent ridicule et inefficace, dans la représentation de sa négation.

Mais parfois salutaire, légitime elle peut conduire à la résistance, à la révolte et à l’action.

Il est des colères qui nous enferment dans notre ego, d’autres qui nous rattachent à notre conscience.

Transformons cette colère en un sentiment de civilisé, de créatif, voir de spirituel.

Sublimer la colère serait-ce la seule solution au malaise qui l’a engendrée.

Mis en avant

Agir, oui mais !!

Comment savoir de manière irréfutable que nous avons fait le bon choix, que notre processus de raisonnement est juste.

Le bien fondé d’une décision, n’appartient pas toujours à une logique salutaire, qui, conformément à la pensée générale aurai toujours des effets positifs.

Est ce que la justification de nos décisions, est liée à des principes de loi morale uniquement, excusant ainsi ses conséquences imprévisibles.

L’intention détermine t’elle la valeur morale de nos actions, alors que l’on ne peut-être sûr que les conséquences souhaitées seront bénéfiques.

Il ne suffit pas de suivre nos principes moraux pour être sûr d’avoir bien agi, tant la conception du bien et du mal reste toute subjective parfois.

Mis en avant

Exilé

Changer de milieu confine à la trahison de soi, voir des autres lorsque la réussite nous ouvre les bras.

Culpabilité, sentiments mitigés d’illégitimité, voir d’imposture face à ceux qui restent.

Bien souvent, le retour vers eux est synonyme de gêne réciproque, le transfuge, devient ce héros qui pourtant, est dans l’impossibilité de s’estimer à sa juste valeur, tant il doit gérer les conflits intérieurs que génèrent son retour.

La honte d’avoir eu honte de ses géniteurs, de ce milieu social dans lequel il ne se reconnaît pas.

Mais comment trouver sa place ailleurs, sans s’éloigner des valeurs qui nous ont nourris. Adhérer à d’autre codes, d’autres schémas de pensées, creuse irrémédiablement un fossé et nous fait paraître bien arrogant face à eux.

Mis en avant

Interpréter

Interpréter relève d’un doute sur le bien fondé de notre vision sur l’objet de cette interprétation.

Offrir un autre hypothèse, l’herméneute doit admettre la multitude d’option.

L’interprétation est elle une manière de dévoiler un autre sens à notre perception, ou serait-ce comme une révélation pour en dévoiler le sens caché.

Réflexion aporétique, car Il nous manque souvent la connaissance globale du sujet pour ce permettre l’analyse des nombreuses strates de signification.

Mis en avant

Notre animalité

Nous ne sommes pas de purs esprits et notre survie démographique est tributaire de nos pulsions sexuelles, qui nous éloignent de notre humanité en tant qu’être supérieur.

Libérateur de nos tensions, le sexe occupe nos esprits bien plus que les plaisirs spirituels.

L’acte est le garant de la pérennité de la race et nous fait oublier nos angoisses existentielles.

Mis en avant

Inconscience

Elle permet de nous déculpabiliser et nous démet d’un partie de notre libre arbitre, donc de notre liberté de choix conscient et indirectement de notre responsabilité.

L’inconscient serait-il la part sombre utile de notre mauvaise foi…

Notre comportement face à certaines situations, feignant la surprise, est il inconscient ou révélateur d’une conscience altérée dont nous ne pouvons nous en émanciper.

Mis en avant

Penser le désir

Le désir est la condition préliminaire de toute jouissance, mais, avec la satisfaction de ce contentement, cesse le besoin .

Le manque, la privation, accentue ce besoin du désir insatisfait ou absent.

Focaliser sur ce que l’on ne peut atteindre ou ce que nous avons perdu, nous fait tendre vers cet objet dont la privation nous trouble l’âme.

Être désirant, c’est accepter que notre condition nous condamne à la souffrance du manque ou de l’insatisfaction.

Désirer le désir, c’est reconnaître la force de la vie en nous

Mis en avant

Décider de Soi

Décider de Soi, c’est exister, c’est reconnaître sa condition et en accepter les contraintes et les responsabilités.

L’essence même de notre condition n’est pas écrite d’avance, nous naissons comme une page vierge, il nous appartient d’y écrire notre histoire, et ainsi, donner un sens à ces lignes de vie au risque, parfois de certaines fautes et ratures

Nous avons la liberté absolue de notre existence humaine, seul le temps qui nous ai imparti ne nous appartient pas.

Mis en avant

Être

Toute prise de position, nous engage avec certitude à un dilemme aporique.

Nous ne pouvons douter de la matière, notre corps nous le rappelle souvent à travers les plaisirs et , ou douleurs ressenties.

Mais qu’en est-il de l’esprit, suffit-il de se poser la question, pour valider la certitude de son existence…

Les rapports entre l’âme et le corps posent problème, ils sous-entendent une interaction réciproque qui établirait un lien de cause à effet.

Être, serait donc l’expression d’une même réalité du corps et de l’esprit.

Mis en avant

Égaux par nature, bien que

Car ce qui empêche de croire à une certaine égalité, reste la conception que chacun de nous à de sa propre sagesse .

Sagesse basée sur l’estime que l’on nous porte en rapport avec celle que l’on s’octroie.

Il reste donc évident que les hommes ont tendance à s’entre détruire, avec pour seul logique leur raison propre.

Mais, la guerre ne devrait pas exclure les droits des uns et des autres. Si l’on doit, à notre époque, valider une telle action, elle ne devrait exister que dans l’idée d’obtenir justice..

Quelle justice justifie les pleures d’enfants sous les bombes.

Mis en avant

Perception

Elle reste dépendante de notre perçu visuel, tactile de notre entourage et de l’usage de nos sens que ce perçu affecte.

L’analyse de cette perception dépend de notre connaissance des choses perçues, est ce que l’analyse de cette perception est immuable dans l’absolu….

Certes pas puisque l’objet même de notre perception varie dans le temps

Il en va de même pour notre perception de certaines situations, qui ne peuvent être figée dans l’absolu, car perçue différemment par leur protagoniste

Mis en avant

Avenir

Le futur à un passé….

Mais les hommes ont la mémoire courte…et notre présent en est la triste illustration

Cette jeune fille qui court fuyant le napalm.

Ce jeune garçon, dont le regard couvert de mouche supplie pour une goutte de cette eau salvatrice.

Ces corps mutilés d’enfants qui font la une des journaux dont ont à vite tourné les pages.

Les œufs de Pâques seront des bombes pour ces enfants de l’est

La haine remplace la raison et le passé rattrape notre présent, faisant craindre l’avenir.

Mis en avant

Crédulité – Croyance

Ne croire en rien, c’est admettre implicitement que ce rien revêt une importance

L’attitude mentale de la croyance est basée sur l’adhésion d’une idée hypothétique dont on ne peut vérifier la véracité, elle n’exclut pas le doute.

On peut croire en une réalité et rester crédule malgré tout, mais on ne peut être croyant et crédule tant la foi appartient au royaume des ignorants qui inventent une entité pour trouver des explications aux choses qu’ils ne comprenaient pas.

Cette ignorance des choses, alimente nos croyances qui peuvent être aisément associées à de la naïveté, d’où une crédulité ridicule.

La seule vertu des croyances pourrait être un rempart contre les angoisses de l’existence

Faut-il donc croire pour être heureux ??.

Mis en avant

Fatigue

Physique, émotionnelle, psychique peut-être être ?

Ne sont elle pas liés face aux incertitudes et inquiétudes que notre quotidien génère.

Cette nouvelle crise a et aura un impact sans précédent sur la vie de chacun, il,nous faut impérativement distinguer ce sur quoi nous pouvons avoir prise de ce que nous devons subir.

Notre rapport au monde, aux autres nous mène vers un épuisement collective, qui fait que nous risquons de nous désengager de la vie.

Nous vivons un moment de pression accrue est cette sensation ubiquitaire est une angoisse sans limite.

Notre fatigue, quelle qu’elle soit est liées aux conditions anxiogènes du moments qui nous envahissent et affaiblissent nos capacités de résilience.

Retirons nous de cette agitation, prêtons attention à nos sensations Cette fatigue du désastre ne doit pas nous empêcher de penser à demain et , comme le soleil, nous nous lèverons pour un nouveau jour.

Mis en avant

Vieillir

Le silence des moments perdus au fil du temps qui passe

L’esseulement des nuits sans sommeil, peuplées de souvenirs, de morts et de fantômes ou l’on confond l’aube à l’aurore.

La proximité de la mort renforce l’intensité de l’existence, la résorption du temps lié à la dissolution d’exister

La fin est devant nos yeux, mais l’espoir du jour qui passe nous encourage au suivant

Mis en avant

Vieillonge

Nos rides, sont les écrits du passé, nos visages, des palimpsestes où l’on peut déceler les différents parcours de nos vies.

Le temps qui passe marque nos corps, est il biologique ou sociologique ?

L’usure ressentie du corps et de l’esprit nous amène à une prise de conscience fataliste…nous vieillissons.

L’altération naturelle de nos facultés nous oblige à méditer sur nos existences.

Accepter avec résignation le déclin de nos propres forces sans pouvoir ralentir sa sénescence,

Il nous faut adopter de la sagesse face à ce déclin crépusculaire.

Mis en avant

Sérénité

Nous permettre de la retrouver est gage d’une détente physique et psychique.

Mais comment ? dans cette période de doute universel où les rigueurs de la vie assombrissent notre avenir.

Accéder à une relaxe physique permet à notre cerveau d’émettre des ondes relaxantes et ainsi de renforcer notre système nerveux .

Massage, méditation, attouchement sensoriel pour nous reconnecter à notre intérieur.

Mis en avant

Les épreuves de l’incertitude

Créant des sentiments de défiance et d’anxiété, elles remettent en cause notre intégrité individuelle

Notre insertion dans la communauté nous garantissait une liberté individuelle dans cette cette institution collective , elle nous enrichissait

La situation actuelle nous oblige à la méfiance de l’autre et l’injustice nous guette.

Nous devenons soupçonneux et sommes soupçonnés

Mis en avant

Les séquelles du passé

Sommes nous déterminés par nos expériences, voire celles de nos aïeux.

Les fortes émotions du passé laissent elles des traces dans nos comportements quotidiens

Leurs ascendants dans nos inconscients favorisent leurs transmissions et influencent notre présent.

Leur cortège de conséquences envahissent et perturbent notre existence. La prise de conscience de ce qui ne nous appartient pas, peut être libérateur en nous désencombrant d’un passé et nous débarrasser de certains problèmes existentiels.

Mis en avant

Notre coin du monde

Chez nous, notre antre, notre refuge, notre lieu d’habitation est le reflet de notre moi intérieur.

Les pièces organisées en fonction de nos pulsions nous procurent un sentiment de sécurité, de stabilité.

Être chez soi, c’est se reconnecter avec son territoire émotionnel et , vouloir le partager avec L’autre c’est en faire un nid protecteur.

Comment alors se sentir pleinement heureux si l’on y est solitaire

Mis en avant

Limite de la liberté

Chacun préserve une série de valeurs qui lui sont propres et qui ne souffrent aucune concession…..bien que !!

Consentir à troquer quelques-unes de ses prérogatives, accepter de mettre en veille ses exigences au nom d’un engagement n’a rien de d’absurde et ô combien, cette démarche peut être bénéfique dans la relation

Se lier ne veut pas dire se sentir assujetti.

Mis en avant

Blessure Narcissique

Les contours de notre enfance nous portent à un regard intérieur.

Dichotomiques sont nos pensées, entre le passé et le présent, nos désirs s’opposent entre notre intériorité et notre vécu

Nos tourments prennent source dans notre intimité, les

sentiments d’insuffisance, d’infériorité, de rejets, sont autant de freins à notre épanouissement.

Chaque décharge pulsionnelle, douloureuse, vertigineuse, marque notre personnalité, la façonne.

Alors, une étrange sensation d’illégitimité, d’imposture nous submerge

Sommes-nous dignes de nous même ??

Mis en avant

Liberté du et dans le couple.

La réunion de deux êtres, est cimentée par l’amour, le désir et la jouissance de et part l’autre.

Notre engagement auprès de l’autre suppose une auto limitation de notre liberté, car choisir c’est aussi renoncer.

Sommes nous plus attirés par les possibilités que l’amour nous offre, que par l’être aimé. ?.

Les liens du couple, si fragile, créent des effets délétères ou la crainte d’être jetables rend la conception de liberté périlleuse.

Mis en avant

Affrontement stérile

La peur fait fondre la perception que l’on a d’une situation et active notre cerveau reptilien qui nous fait voir l’autre comme un danger.

Cela engendre, la fuite, le rejet et le refus du dialogue.

Avoir conscience des sujets qui nous touchent, peu nous faire prendre conscience de nos propres peur.

Nous devons prendre en considération que l’autre à sa propre réalité toute aussi complexe et que d’avoir raison, ne veux pas dire que l’autre à tort.

La confrontation ne devrai pas être synonyme de tort ou raison, mais développer une curiosité constructive.

Abandonner l’idée d’un conflit, enrichissons nous de nos différences

Mis en avant

Façonner sa vie

Trouver un sens à nos vies, interrogeons nous sans concession.

Ne pas passer à côté de nos existences, identifions ce que nous aimerions pleinement être.

Satisfaire son besoin existentiel n’est pas de trouver un sens général à sa vie, mais de façonner sa vie aux travers de nos aspirations profondes.

Ne pas craindre l’impéritie au bonheur, allons chercher au fond de nous, nos désirs, nos idéaux, et mettons tout en œuvre pour retrouver une cohérence intérieure.

Mis en avant

Intelligence émotionnelle

Nos émotions et agitations affectives, viennent de sentiments primitifs divers.

L’émotion alors, s’exprime de manière extérieure.

Il nous faut apprendre à repérer les signes émotionnels pour mieux dialoguer avec notre entourage

Lors de certaines situations, il nous faut les maîtriser pour nous en servir, évitant ainsi des réactions contre-productives.

Vivre ses émotions, c’est aussi…être

Mis en avant

Fatigue décisionnelle

Insidieuse, silencieuse mais redoutable, elle nous guette dans notre quotidien et empoisonne notre vie.

Faire ou ne pas faire, choisir tel où tel vêtement, définir des priorités dans nos actions quotidiennes.

La prise de décision consciente, épuise lorsqu’il s’agit d’agir contre volonté.

Limitons nos choix, planifions nos urgences, hiérarchisons nos actes pour retrouver le contrôle de nos décisions.

Mis en avant

Fatigue émotionnelle

Fort de sentiments et d’émotions intenses issus de relations affectives perturbées, notre énergie physique, voire psychique s’affaiblit.

Identifions notre état émotionnel, libérons nous des habitudes néfastes de culpabilité, analysons la situation et envisageons la rupture du quotidien comme une délivrance .

Les ressources de notre corps physique, permettent d’apaiser l’esprit, de canaliser nos ressentis par l’action.

Oxygénons nous l’esprit par des plaisirs minimes qui peuvent recréer le désir

Mis en avant

Seul

Comme cela est douloureux de paraître insignifiant et transparent dans une relation

Tout essayer pour séduire, et s’apercevoir en définitif que nos sentiments ne sont pas reconnus et que nous sommes toujours là dans l’attente, sur ce quai, regardant le train du bonheur s’éloigner.

Tous les jours, se convaincre que les choses vont changer, que nos sentiments vont être enfin être reconnus et que le bonheur reste accessible. Mais dans cette attitude d’attente, plus l’espoir est grand, plus il devient difficile de vivre avec cette réalité négative, nous sommes seuls

Alors chaque nuit amène ces larmes dont la source est cette impéritie à être aimer.

Mis en avant

Abandon

Toute rupture sentimentale est douloureuse.

Elle nous ramène à un sentiment d’abandon ravivé par les blessures du passé.

On se sent vulnérable , abandonné, trahi et incapable de continuer à vivre.

Que l’on quitte ou soit quitté, c’est le chaos intérieur.

Sensations douloureuses ou la peur, la colère et la tristesse nous submergent.

Dévalorisation de soi, de l’autre, crainte de l’avenir, déception.

L’émotion négative qui reste à l’intérieur redouble d’intensité dans le déni.

Mis en avant

Quête de l’autre

Le chaos surgit lorsque l’autre part.

Une immense douleur et la prise de conscience qu’il n’y aura plus de baisers, de câlins, de rires partagés.

Les rêves à deux, les projets, l’avenir devient un gouffre béant d’ou l’on chute dans un tourbillon d’angoisse.

Étrangement l’envie de l’autre s’amplifie, comme si le manque créait le besoin.

Refait on sa vie, ou simplement la continuons nous.

Être enfermé dans son chagrin, n’est en rien porteur d’avenir.

Mis en avant

Trahison

Conflits de loyauté envers les autres et soi-même.

Être fidèle en ces principes peu apparaître comme une trahison par l’autre.

Nous sommes traitre et trahie a tour, le problème c’est que bien souvent nous n’en avons pas conscience.

La souffrance de la trahison vient de ce qui n’est pas advenu.

La relation de confiance est régie par une loi édicté par nos conditionnements vécues.

Notre espoir d’une relation indéfectible accentue la notion de trahison.

Mais on se perd soi-même en cherchant à se conformer aux désirs de l’autre et cela crée une véritable angoisse existentielle.

Existe t’il une trahison éthique, ne pas vouloir ou pouvoir inconsciemment se trahir , c’est être cohérent avec ses valeurs.

Reconnaître sa trahison dans la souffrance infligée à l’autre, reconnaître les conséquences de ses actes, c’est ne pas rester figé à l’endroit de la blessure imposée mais ouvrir une porte où chacun peu entrer.

Mis en avant

Acceptation….Résignation

Est ce qu’accepter est une résignation ?

Accepter est il synonyme de soumission, de résignation.

Reconnaître avec sagesse, et poser un regard lucide sur ce qui nous arrive pour en prendre toute la mesure, adhérant ainsi à une réalité comprise et assumée.

La résignation est triste et nous oblige à céder devant les faits.

Libérons nous du fatalisme, acceptons les épreuves.

Mis en avant

Être deux

Les seuls histoires qui sont vraies sont celles que l’on ne vit pas

Et pourtant, comme j’aimerais vivre pleinement ce qui me reste de vie à deux.

Que de moments perdus, que d’énergie négative dans ce quotidien sans l’autre

La futilité de l’importance que nous accordons au temps que nous meublons par des réalités ô combien chimériques, nous prive du bonheur de la compagnie de l’être aimé.

Mis en avant

Dimension noétique

Il ne suffit pas de satisfaire ses besoins matériels ou physiques.

Le sens de notre vie est de l’ordre intellectuel et spirituel, d’où l’importance de distinguer le besoin du désir.

Sortons de notre routine et des espaces qui nous limitent, évitons la névrose collective, il nous faut nous affranchir de la norme pour trouver le sens de notre vie.

Renoncer à un projet, un désir personnel ou autre pour satisfaire ou par peur de perdre la considération d’autrui, c’est perdre une part essentielle de notre être

Mis en avant

Enjeux relationnels

La solitude ne permet pas de survivre, elle génère une impression de vide et favorise le terreau des idées noires et de la rancoeur

La sécurité que nous procure l’appartenance à un groupe, une famille, une relation amoureuse crée des repères et nous permet de tisser des liens nécessaires à notre croissance affective.

Notre société qui prône l’éphémère, la peur du regard de l’autre de son jugement, nous empêche de nous épanouir.

Invitons l’autre dans notre vie, partageons.

Mis en avant

Analyse existentielle

Il ne suffit pas de vivre selon de véritables valeurs, mais bien de trouver un sens à sa vie.

Trois tendances s’offrent à nous.

Éros, ou la relation que l’on expérimente avec la nature, la culture et notre entourage.

Pathos, ou notre engagement pour une cause, une activité à travers la responsabilité que l’on s’octroie.

Échos , ou nôtre propension au courage face aux épreuves et souffrances de l’existence.

L’idéal serait de trouver dans ces trois domaines de valeurs, l’adéquation parfaite nous permettant de cheminer vers un idéal existentiel.

Mis en avant

Acidité du couple

Certaines de nos pensées influencent nos émotions et nos comportements.

Notre cerveau les analysent et les trient en s’adaptant à nos pensées…il adaptera la réalité selon nos jugements intérieurs.

En projetant des pensées négatives, il risque d’en faire des convictions.

Le dialogue alors s’impose, sinon, comment l’autre peut nous comprendre si nous ne lui disons rien…

Les sentiments ne rendent pas télépathes il est donc impossible de deviner, ce qui nous agite intérieurement et expliquerait nos agissements.

Le dialogue doit nous permettre d’éviter que cette acidité ronge lentement nos relations

Mis en avant

Accepter sa vulnérabilité

Etre vulnérable mais pas forcement faible

Cette sensation de bien être lorsque l’on est guidé dans les méandres de sa sensibilité

Ce laisser aller à l’autre pour sortir de cette impression de manque affectif

N’être que la victime du bonheur que nous procure le lâcher prise sans perdre les attributs de notre virilité

Oublions la part de misogynie en nous, mettons à jour notre sentimentalité, acceptons la chez l’autre, notre épanouissement relationnel envers l’autre ne doit pas être remis en questions, acceptons l’affectivité.

Mis en avant

Tutelle affective

La liste des pertes dûe à notre propension à nous exonérer systématiquement est longue

S’émanciper reste possible, trouver sa propre singularité en pratiquant un égoïsme sain

Privilégier ses besoins, ses envies en identifiant ses valeurs

Redécouvrons les relations amoureuses respectueuses et enrichissantes qui nous repositionnent en tant qu’adulte.


Etre deux, sous-entend le partage des responsabilités

Mis en avant

Entrave à l’amour

Ne pas refouler notre part de sentimentalité, et ne pas la craindre chez l’autre

Elle n’est pas l’apanage du féministe, bien que ce mode relationnel va à l’encontre du modèle dévolu au masculin.

Les difficultés d’une relation, ses malentendus, perturbent l’intimité du couple.

Accepter sa part de féminité, ne pas refouler sa sensibilité, c’est obtenir le droit de ressentir nos sentiments sans remettre en question notre virilité.

Mis en avant

Double contrainte

Ou lorsque l’on doit faire un choix entre deux options insatisfaisantes

Dans une relation, la cohérence, l’équilibre, les actes doivent être de la responsabilité du couple et ne doivent pas incomber à un seul, au risque d’une communication pathogène.

Lorsque que le lien émotionnel est trop important, nous avons tendance à l’homeostasie, il nous faut alors identifier la nature de notre relation, les bénéfices et les contraintes

Ne pas bruler dans les feux de l’obstination et redéfinir sa relation pour une meilleure harmonie ou accepter la dichotomie et envisager la rupture pour se retrouver

Mis en avant

Se justifier

Se justifier délimite nos moyens et permet de nous exonérer de toutes responsabilités

Bien que faisant partie de nos défenses naturelles, les excuses, lorsqu’elles deviennent un réflexe verbal, nous empêchent de nous engager et agir, au risque de l’erreur.

On y gagnerait en liberté et en respect de soi même, faisant la part des choses dans cette responsabilité qui nous incombe et qui nous donnerait cette valeur existentielle et unique , choisir au lieu de subir.

Mis en avant

Permission d’être nous

Renoncer au rôle que l’on s’impose, retrouver notre liberté, s’écarter des attentes de notre entourage

Faisons des choix à partir de nous-mêmes, ne soyons pas en décalage avec nos aspirations

Acceptons d’être nous, avec nos fragilités et nos richesses, mais ne soyons pas résignés

à l’être.

Mis en avant

Denyse

Nous sommes des êtres voués au déclin.

Ô combien, vous avez su éponger mes larmes avec vos mouchoirs de compassion

Présente ‘lorsqu’il fallait, opportunément discrète à souhait, vous avez compensé une absence émotionnelle.

Désormais, vous vous éloignez et voyagez dans les méandres de vos absences cognitives.

L’enrichissement d’une vie s’estompe au gré du temps qui passe, seuls ceux qui restent sur le quai de leurs souvenirs pleurent les moments perdus.

Bonne route Denyse.

Mis en avant

Sens du message

Peut on être sûr que l’autre comprend ce que l’on dit

Sommes nous sûrs que ce que l’on dit correspond à ce que l’on voulait dire

La déperdition du sens du message nous plonge dans des incompréhensions hasardeuses

L’écoute des mots et l’attention portée à la gestuelle permet une meilleure compréhension du sens du message

Mis en avant

Domination ou Soumission


L’élément moteur de notre vie psychique reste le fantasme
il nous extrait de la réalité et nous protège d’un narcissisme destructeur 

Nos pensées intérieures influencent notre vie par des mises en scène de domination et ou soumission 

Alimentant nos relations amoureuses et parfois nos plaisirs solitaires, elles agrémentent notre sexualité à l’encontre parfois de notre éducation et de nos valeurs morales

Mis en avant

Consentement 

L’acte,pour être considéré comme moral, devrait être basé sur le consentement réciproque.

Mais cela ne risque t’il pas de tuer le désir ?!!

Être trop cérébral et conscient du moment nous empêche le lâcher prise

Seul l’égalité des acteurs du couple permet une authenticité de l’acte et valide le consentement, libérant ainsi , les gestes, les paroles et l’expression des désirs et fantasmes 

Mis en avant

Être qui l’on est

Bien que les excuses fassent parties de nos défenses naturelles , elles ne peuvent devenir un réflexe de défense verbale

Il nous faut donc être responsable et assumer nos choix en fonction de nos besoins, nos envies, nos valeurs 

Mais que faire lorsque l’on se trouve devant une décision dont les seules options restent insatisfaisantes 

Pour s’émanciper d’une situation douloureuse il nous faudrait développer un égoïsme sain avant que la rupture ne s’impose 

Oser faire des choix à partir de nous mêmes, c’est retrouver notre authenticité

Mis en avant

Communication

Négocier, confronter à de mauvais choix, la communication nous conduit à céder et nous mène à la frustration

S’imposer, hausser le ton, menace notre relation à l’autre

l’idéal, serait de pouvoir parler de ses sentiments sans se sentir menacé et d’admettre que la vision de l’autre soit aussi légitime, nous permettant de relativiser le conflit

Sachons écouter l’autre pour éviter un monologue et n’oublions pas que que le but d’un dialogue, est d’être un enrichissement pour le couple

Mis en avant

Conflit bénéfique 

Le contraire de l’amour n’est pas la haine, mais l’indifférence 

Traiter l’autre avec indifférence c’est nier sa souffrance, son existence propre,  c’est l’humilier 

Une situation de discorde ravivée par un passé brûlant et soudain l’autre devient le support de notre courroux 

Mais le conflit reste bénéfique, le désaccord nous permet la rencontre avec l’autre et met en valeur nos divergences, nos contradictions, nos incompatibilités dans un esprit de construction harmonieuse du couple

Mis en avant

Ecouter ou répondre

Savoir écouter, être attentif aux mots de l’autre et certainement la meilleure

façon de répondre à ses attentes

Créer un climat de confiance et de sérénité en portant attention aux particularités des

désirs de l’autre

Il nous reste à espérer, que l’autre soit aussi attentif et à notre écoute

Mis en avant

Sollicitude de l’intrusion 


Les regrets sont les plus sinistre des émotions, mais comment ne rien dire

Ne rien dire, ou choisir la franchise, il restera toujours la responsabilité du choix

Accepter l’ambivalence de nos émotions, amour , haine, jalousie, sachant que la nuance peut affadir nos relations 

Devons nous privilégier le fond ou soigner la forme au risque de perdre en efficacité 

La vérité n’est pas toujours recevable, elle peut être perçue comme de l’agressivité 

Définir la frontière entre franchise et intrusion 

Mis en avant

Un pont vers l’autre

Chacun aspire à être reconnu dans son existence et en rapport avec sa singularité 

Comment parler et être vraiment audible, transmettre ce besoin d’être entendu, reconnu en tant que tel et aimé pour ce que l’on est 

Notre revendication existentielle s’inscrit dans un désir de réalisation de soi

Mais pour cela nous avons besoin d’une écoute attentive créant ainsi une communication authentique

Prendre conscience de l’Animus (Anima) de l’autre

Mis en avant

Dépendance, indépendance

Indépendance

Notre vie entière est basée sur la dépendance

 Dépendance des autres dans cette collectivité humaine

 Dépendance pour les autres par les obligations que cela engendre

 Dépendance affective dans l’attente des marques de  reconnaissance de l’autre , illustrant son affection

 L’indépendance n’est en rien négative, on peut dépendre des autres et garder nos existences

 Dépendance peut-être,

 mais sachons garder notre autonomie de pensées

Mis en avant

Subir son destin

Somme nous  pessimistes, optimistes ou devons nous être fatalistes 

Les desseins de l’univers nous semblent bien moroses et notre perception de l’avenir s’en ressent 

La nostalgie du passé accentue ce malaise et nous oblige à résilience.

Travaillons  notre conscience du présent, ne craignions pas l’avenir, oublions le passé 

Le monde est en danger, et se confiner dans le mutisme,  répercuter les aberrations de nos actes sur la génération à venir serait un manque de courage 

L’anesthésie de nos consciences reste un risque et une totale absence de discernement.

Mis en avant

Sens Unique

La réciprocité existe t’elle en amour …

Elle suppose une adaptation constante dans notre relation avec l’autre

Pourquoi tellement s’investir quand l’autre reste sur la réserve et peut on espérer recevoir des bénéfices secondaires de nos sentiments

N’est ce pas tout simplement qu’il y a toujours celui qui aime et celui qui est aimé

Mis en avant

Ambivalence affective

Il est toujours difficile de parler avec l’autre clairement

Entre l’intention et l’expression même, le fossé émotionnel empêche bien souvent la compréhension 

La parole est liée au relationnel, avec tous les pièges y relatifs

Amour haine, cette ambivalence mène le jeu, où l’on perd souvent !!

Entre notre inconscient qui masque nos réels émotions et  notre amour propre, il est difficile pour l’autre de cerner l’essentiel 

La parole ne peut être perçue comme positive et  se révèle un instrument d’échanges que si  l’autre  l’écoute sait écouter 

L’intolérance dogmatique est un handicap au dialogue, mais craignions aussi le débordement pulsionnel incontrôlé qui transpose notre courroux sur la mauvaise personne, parce qu’elle fait partie du présent et que notre colère vient du passé

La parole fait le lien, n’oublions pas qu’elle divise aussi 

Mis en avant

Rhétorique anti logique

Écouter et entendre, 

prendre le temps de comprendre l’autre au delà de nos peurs et de nos conflits internes

Craindre des intentions cachées sans chercher à comprendre l’autre, qui par son langage tente de combler le vide de l’incompréhension 

Pour échanger et écouter, il nous faut savoir utiliser le (je) et donner sa place au (tu)

Évitons la paranoïa qui nous fait voir en l’autre, celui que l’on redoute. 

Mis en avant

Écrire

Pas besoin d’être infatué, pour être prolixe.

La logorrhée peut elle être liée à l’écriture!!

Comment exprimer son impuissance à vivre par des mots et aspirer inconsciemment à la nostalgie d’un ailleurs sans maux.

Il émane de mes pensées une oppression suffocante, comme une nappe de larmes qui me retourne le cœur.

Cette réalité me perturbe, ….ou est ce l’incompréhension de cette réalité ??

Mis en avant

S’aimer

Prendre soin de soi, est un travail personnel, se libérer des contraintes du quotidien, des émotions négatives, relativiser les phénomènes de la vie.
Mais pour cela, il faut être honnête avec soi-même.

L’homme se crée par la valeur de ses actions.
Il faut donc, que nos propos soient en harmonie avec nos actions.

Acquérir cette intégrité personnelle résultant du respect de nos valeurs en dépit de tout et de tous.

Mis en avant

Les aimer

Nous sommes des êtres sociaux nous permettant de nous adapter dans une société qui dispose et impose certaines normes.

Au delà de l’éducation, l’amour, nous permet de grandir physiquement et moralement.

La relation aux autres est fondamentale, mais pas forcément évidente, elle passe aussi par l’amour de soi.

L’opinion que l’on a de soi, influe sur notre propension à les aimer.


Mis en avant

Heuthymie

Parce que le plaisir dans sa grande généralité est le principe même de la vie, il ne nous reste qu’à trouver la tranquillité d’esprit nécessaire au bonheur.

Pour atteindre l’ataraxie, nous devons maîtriser nos émotions, canaliser nos doutes, ne pas tomber dans les excès, éviter la colère, la souffrance morale face aux aléas de la vie.

L’aponie peut et doit nous aider dans cette recherche de bonheur pour libérer notre corps.

Enfin, rejoindre l’ataraxie fonctionnelle liant le corps et l’esprit et accéder au contrôle euphonique de notre corps.

Mais lorsque l’émotionnel nous noue l’estomac, les théories deviennent caduques et la souffrance s’installe

Mis en avant

Retrouver notre route

Pour pouvoir sortir de cette crise et retrouver notre route, il faut accepter que nous sommes perdus.

Notre chemin a été brouillé par ce nuage sanitaire et nous a plongé dans une paumitude, mais, il nous as permis une remise en question de nos vies et une prise de conscience de la valeur de ces vies.

Prenons conscience de l’opportunité d’un nouveau départ.

Mis en avant

Douce violence que d’aimer


Oxymore par excellence

Grand brûlé par l’amour, d’une mélancolie amoureuse, on se sent usé , fatigué

Bien que l’amour soit le sentiment majeur de nos existences, il n’en reste pas moins le plus douloureux 

Notre besoin d’attachement émotionnel est ancré dans nos gènes, pour le plus grand bien de la race humaine.

Mais …. Comment, pour plaire, devons nous faire pour être rassurant sans être étouffant, fort , mais avec une sensibilité accessible, désirable sans paraître salope ..

Que d’impasses et d’injonctions contradictoires

Aimer, c’est être vulnérable 

Mis en avant

Vulnérable

Combien de temps demeure t’on vulnérable….

Est ce que l’onguent du bonheur présent, atténue les douleurs du passé?

Les souvenirs phagocytent le présent par la crainte d’un avenir incertain

il y a dans notre vie présente, tous les souvenirs furtifs des blessures subies

Il leur faut beaucoup d’amour et de patience pour nous permettre d’exorciser le passé.

Mis en avant

Dimensions Amoureuse

Sexuelle, affective et relationnelle, dont chacune ont des besoins particuliers.

Réussir à combler ces besoins dans notre relation de couple est un gage d’épanouissement émotionnel.

Pour concrétiser un projet de vie commun, chaque besoin ne peut et doit être instrumentalisé pour la seule satisfaction d’une personne.

Nous devons trouver une cohérence dans notre langage corporel, affectif et intellectuel.

Intégrer la tendresse dans l’amour, reconnaître l’expression corporelle et la dimension érotique pour atteindre une communion où le plaisir trouve naturellement sa place

Mis en avant

Vérités indiscutables

Ces vérités qui s’imposent excluent tout débat…

Bien que !!

La-soit disant connaissance d’un sujet n’en fait pas une vérité avérée.
Débattre d’une vérité serait donc vain et inutile.

Ce sentiment de certitude nous obligerait à admettre que ce qui est toujours ouvert en discussion, nous force à un relativisme indépassable.

Avancer une vérité, c’est prendre le risque de justifier des arguments de mauvaise foi.

La vérité reste une ouverture au dialogue, dès lors que celui ci est sincère est nous fait progresser.

Mis en avant

Le Temps

Le temps qui passe, n’est il pas un fleuve dont la source est notre passé…
Naviguer sur la vague de nos vies, ne pas lutter contre le courant.

L’eau ne s’oppose pas aux rochers, elle les contourne
Immuablement le fluide suit son chemin, vers l’inexorable.

Ne luttons pas contre notre destin, acceptons qu’un jour, nous nous mélangerons aux eaux et qu’il sera temps de finir notre chemin.

Mis en avant

Devoirs et obligations

La bonne intelligence pour vivre en paix, est basée sur les devoirs et obligations que nous croyons nécessaires, mais dans quelle limite ? !.

Le devoir n’est il pas par essence , une évidence personnelle ??

Peut-on revenir sur des évidences qui, loin d’être définitives n’en restent pas moins relatives.

Comment espérer progresser si tout ce qui semble établi , peut-être remis en question….

Mis en avant

Doute

Trop de certitudes, alors que l’homme est d’une incertitude totale.

Faire preuve d’ultracrépidarisme alors que notre intuition nous guide vers le doute

Les vérités auxquelles on adhère nous ramènent à une dimension de confiance

Craindre l’eschatologie de notre relation, c’est accepter l’idée de la défaite, au risque de renoncer à l’idée de victoire.

Mis en avant

Couple Bis

Dans cette société de plus en plus individualiste, le couple est devenu une cellule qui devrait nous donner le sentiment d’appartenir à une entité familiale.
Trouver refuge, affection, soutien dans les bras de l’autre.

Mais ce besoin, cette attente fragilise les fondements mêmes de ce couple.

L’importance de l’enjeu d’une vie à deux est en équilibre avec la peur de l’échec, et de la perte d’une liberté que pourtant, dans cette recherche de l’autre on voulait fuir.

Sommes nous prêts à la cohabitation, étrange question mais ô combien fondamentale dans la décision.

Au delà de la relation première, étincelle d’une nouvelle vie amoureuse, attrait sexuel, le couple se construit dans le partage, dans l’engagement du quotidien.

Entendre et écouter nos perceptions de l’autre, les accepter sans retenue, et prendre le courage de dire Oui….ou Non.

Mis en avant

Début de la fin

L’accumulation des contraires vécue depuis trop longtemps nous ont conditionné au doute.

Comment être solidaire envers les autres, tout en gardant nos distances…

Être productif en restant à la maison….

Devoir assumer les contractions, sans se perdre dans une impasse psychologique.

Ne pas perdre confiance en notre perception de cet avenir, à venir .

Mis en avant

La rencontre

Dès le premier regard l’on sait implicitement quelle sera l’issue de cette relation

L’importance des émotions qu’engendre ce regard, définit l’intensité de la relation à venir

Ne pas s’imposer de limite émotionnelle due au passé, croire en l’avenir et vivre le présent .

Mais, est ce le temps de poursuivre l’aventure à deux…

La notion de couple est devenue la cellule qui nous donne le sentiment d’exister.

Mais trop souvent l’amour de l’un , ne correspond pas à l’attente de l’autre, les sentiments disproportionnés fragilisent le couple.

Pour circonscrire les désillusions il nous faut nous poser la question…voulons nous vraiment être deux !!

Question fondamentale, qui, bien que les sentiments nous animent, nécessite une réflexion sur le partage de notre intimité à l’autre.

Renoncer à une part de notre liberté pour le bonheur d’une vie partagée.

La rencontre, c’est l’étincelle amoureuse, sexuelle, mais la flamme vacille rapidement, si l’engagement n’est pas lié par la confiance, l’honnêteté du cœur et le respect de l’autre.

Mis en avant

La fatigue d’une vie

Nous ne profitons pas assez des instants qui nous sont donnés, nos priorités sont apparemment liées au superficiel, au détriment d’un présent ô combien enrichissant.

Pourquoi ne pas se concentrer sur ces instants de bonheur que peuvent être le sourire d’un enfant, le regard usé d’un vieillard.

Notre société asservit les idéalistes.

Devons nous attendre de rejoindre les absents pour être présents !!!.

Le poids de nos existences et leurs manquements, doivent-il  nous étouffer ou au contraire nous inciter à une prise de conscience bénéfique.

Avons-nous encore le courage de vivre nos désirs ??.

Pour avoir trop souvent affronté la vie et son contraire, et en apparence  croire  s’en être sorti vainqueur, alors que les cicatrices  restantes prouvent à elles seules l’intensité des combats intérieurs que se sont livrés le conscient et l’inconscient. 

Puis, comme après chaque combat, la fatigue enveloppe de son linceul le soldat qui risque de se faire entraîner sournoisement par la faucheuse sur le lac de son existence !

Mis en avant

Couple

Permettre à deux individus de s’épanouir, spirituellement, émotionnellement, physiquement, dans l’absolu d’une union sacrée.

L’harmonie résiderait dans un face à face constructif avec l’autre, l’autre étant aussi soi- même.

Seul un cœur aimant apprécie les bienfaits de l’existence, l’amour qui lie le couple rend chacun plus libre, plus humain.

Regarder le monde à travers les yeux de l’être aimé, c’est renoncer au narcissisme absolu

Mis en avant

Dissonance cognitive

Ou lorsque nos actes ne correspondent plus à nos critères personnels

Lorsque l’on est obligé d’agir à l’encontre de nos principes, au delà de notre conception morale, nous ressentons un malaise, une tension illustrant le conflit entre le conscient et l’inconscient.

Ce désaccord peut parfois nous obliger à revoir nos croyances pour donner un sens à nos actes.

Une cognition dissonante amène un inconfort émotionnel, alors que consonante, elle nous conforte dans nos convictions et nous assure de bon sens.

Faisons en sorte que nos actes correspondent toujours à nos convictions et trouvons la paix

Mis en avant

Urgence défensive

Nos émotions sont une défense lorsque notre cerveau hésite entre la fuite, la lutte ou l’évitement.

Aveuglés par les ressentis, lorsque nous prenons langue, nous devrions faire preuve de silence, évitant à l’autre de supporter l’objet de notre courroux.

Le rituel de la communication, principalement amoureuse voudrait que lorsque l’on met en évidence un doute, une demande, on amène l’autre dans notre malaise, lui laissant la responsabilité de la solution, incluant de fait, une sorte de manipulation affective.

Nous avons rarement le choix de nos émotions et lorsqu’elles nous submergent, notre sensibilité nous reconnecte à notre humanité.

Osons passer ce cap émotionnel, laissons aller nos émotions.

Mis en avant

Dimension relationnelle

Composante de l’être humain, l’amour, sens de l’existence reste un élan vers autrui.

Ce sentir aimé et pouvoir partager se sentiment reste vital.

Définir clairement le besoin, le désir dans une relation est la base d’une harmonie relationnelle.

Le désir est une tendance consciente de la recherche d’un plaisir, une pulsion née d’une frustration de manque ou de sublimation de l’autre.

Le besoin, vient d’une origine naturelle, affective, émotionnelle, sublimée par un manque d’amour, un abandon, un rejet.

Le réconfort de l’autre, permet une dimension relationnelle équilibrée entre besoin et désir.

Mis en avant

Besoin ou désir de l’autre

Avoir des désirs et, ou des besoins est par essence une nécessité déterminée par notre instinct.

Le désir, motivation profonde de notre inconscient est une recherche de plaisir.
Ce n’est pas la réalisation de ce plaisir, mais plutôt son attente, avec sa cohorte de fantasmes qui reste le moteur de ce désir.

Mais, croire que ce désir est vital crée le besoin, et …une fois réalisé, il ne nous reste que le besoin de désirer…..

Mis en avant

Le Bonheur, entre qualité et quantité

Une existence, exempte de douleurs et de surcroît riche en jouissances, serait un bonheur absolu.

La morale, définie comme l’ensemble des règles et préceptes s’appliquant à la condition humaine devrait nous faire éprouver ce bonheur, au delà de sa nature essentielle.

Les plaisirs de l’esprit, plus stables, plus sûrs que ceux du corps, nous obligent à reconnaître le fait que certaines espèces de plaisir sont plus précieuses que d’autre.

Est ce qu’un plaisir peut être plus précieux qu’un autre du fait qu’il est plus grand quantitativement, ou au contraire nous sommes fondés à accorder à la jouissance une supériorité qualitative .

Ne serait-ce pas, tout simplement qu’il nous faille trouver un compromis entre la recherche d’un bonheur intense, mais durable.

Mis en avant

Confiance , Méfiance

La confiance implique t’elle toujours de la méfiance ??.

Le rapport d’utilité de la confiance nous met dans un rapport de vulnérabilité, mais il
serait irrationnel sans cela.

La confiance devrait être une promesse, mais reste un mélange d’états cognitifs, motivationnel et émotionnel dont les fondements incitent à la méfiance.

La confiance est un pacte implicite qui repose sur le respect de l’autre, et celui que l’on est en droit d’attendre, c’est un geste d’abandon totale à l’autre.

Mis en avant

Confiance

Serait elle tributaire de la distance qui oppose deux êtres.

La baisse distancielle de notre confiance est-elle liée à l’éloignement, ne dit on pas,
loin des yeux, loin du cœur…

Donner sa confiance devient donc de plus en plus aléatoire, mais, au delà de nos ancrages traditionnels, nous devons prendre en compte l’effet réversif de la confiance.

Vouloir se montrer digne de la confiance que l’on nous accorde, nous incite à devoir faire confiance en retour.

Mis en avant

Dire ?!!

Tout dire, tout se dire ?!.

Toute vérité n’étant pas bonne à dire, décider de parler ou se taire n’est jamais anodin.

Le non dit peux créer un déséquilibre dans une relation, est le mensonge revêt un côté protecteur mais au combien trompeur.

Le silence est il synonyme de bienveillance?!! Ou parler un signe d’authenticité ?.

Survaloriser la vérité, s’interdire tout mensonge, est-ce compatible avec le respect dû à l’autre.

Il faut chercher en nous les réponses, le pourquoi d’un excès de vérité ou la fuite du silence

Mis en avant

Cheminer dans nos pensées

En ces temps de crise, nous retrouvons par l’intermédiaire de l’isolement social le chemin de notre moi intérieur

Les moments difficiles actuels nous guident vers la liberté intérieure, qui seule dépend de nous.

La liberté intérieure n’est accessible que si l’on recentre nos pensées en les laissant s’intégrer dans le détail de notre vie quotidienne

Vivre selon sa propre nature, selon sa nécessité intérieure, avoir le courage d’être soi

La vraie liberté réside t’elle uniquement dans nos pensées?!!

Mis en avant

Soi ??

L’estime de :

Reconnaître sa propre valeur au risque de se surévaluer, un mélange de satisfaction et mécontentement. Un regard sur ses conséquences cognitives, émotionnelles, et comportementales.

La confiance en :

Reconnaître ses propres compétences, agir sans peur d’échouer et sans craindre le regard des autres.

L’affirmation de :

Exprimer ses valeurs et compétences, défendre ses droits.

Mis en avant

Chemin personnel

Suivre son intuition.

Penser le monde par soi-même, oublier le regard des autres.

Identifions nos besoins, dépassons nos blocages, exprimons nos sentiments

Etablissons la limite entre confiance en soi et arrogance, et respectons notre intégrité personnelle.

Ne pas craindre notre vulnérabilité, accusons réception de nos émotions et usons de bienveillance envers nous même.

Mis en avant

Imposture sociale

La situation actuelle fragilise notre contact aux autres

La peur de l’autre, met en évidence notre propre vulnérabilité.

Nos manquements sont considérés comme étant une faiblesse, alors qu’ils constituent l’essence même de l’homme et de sa dignité à être .

La solitude engendre une souffrance émotionnelle face à cette insécurité.

Ne pas répondre à la demande sociale des autres, par crainte, c’est développer de l’agressivité vers eux, vers soi.

Mis en avant

Joie

Paroxystique et inquiétante pour certains, elle n’en reste pas moins une jubilation esthétisante.

Au contraire de l’ataraxie, elle stimule le dynamisme du sentiment et permet de lutter contre l’abattement.

Excessive par sa proximité de l’ivresse, elle doit être un plaisir intégral, liant le corps et l’esprit.

Elle devrait se partager avec altruisme dans un élan vital de création du bonheur, même éphémère.

Mis en avant

Le Piège

Le raisonnement dichotomique, nous condamne aux effets YoYo de nos perceptions émotionnelles et relationnelles.

Il perturbe nos zones de vulnérabilité, entre estime de soi et distorsion cognitive

Poser un regard négatif sur un ensemble, alors que seul un détail arbitraire a un impact.

Nos émotions ne doivent pas être la cause de doute, évitons la négativité, la défiance qui risquent de nous porter à des jugements, des décisions inappropriées.

Mis en avant

Confrérie de la mort

La hantise de la mort, la décrépitude du corps, l’esseulement de la fin, sont des certitudes du pire auxquelles ont ne peut se soustraire.

La conscience de devoir affronter l’inexorable conditionne nos vies, cette lucidité sur notre condition humaine et par là-même l’inquiétude qui en découle de devoir un jour renoncer aux plaisirs de la vie nous la fait aimer à travers ces moments volés

Les arguties du bonheur ne suffisent pas à effacer le goût de la perte du temps qui s’efface.

Mis en avant

Questionnement

Les comportements, les croyances, les incertitudes de la vie, créent une interrogation fondamentale sur notre présence dans ce monde.

La fragilité de nos existences, l’échéance de cette vie donnée qui nous sera reprise nous amène à une conscience inconfortable et à un questionnement existentiel.

Nos réflexions sur la particularité de nos vies, fait de l’être humain le seul à générer autour de sa fin des rites

Mis en avant

Intelligence

Émotionnelle ou rationnelle…..

L’origine des incompréhensions et problèmes de communication entre tous est tributaire de ce choix .

La complexité d’une décision majeure, vient du conflit entre introversion et extraversion, bien qu’il n’y ait aucune corrélation entre eux.

Extravertie et timidité, introversion et expansif sont tout deux possible car nous collectons les informations de façon intuitive.

Prendre nos décisions avec la tête et avec le cœur, synchronisant ainsi le rationnelle et l’émotionnelle.

Possible ??……

Mis en avant

La norme

descriptif, ou prescriptif.

Doit on dire que la nature est mauvaise, lors de catastrophes naturelles.

Est ce qu’un animal est mauvais !!

Saurait on accorder une valeur morale à ces exemples?!!

Que l’animal soit féroce et les intempéries catastrophiques, restent les seuls valeurs.

Nous instituons par ces normes, des principes qui n`ont pas lieu d’être.

La nature humaine étant ce qu’elle est, il nous faut accepter les normes établies par nécessité, pour espérer une société juste .


Mis en avant

Covid et vide

La période actuelle favorise cette impression de vide intérieur.

Le tête à tête avec soi-même fait peur fait et nous fait déserter notre intériorité.

Combler ce vide, se noyer dans l’affairisme, ou tout autre sorte d’excès crée une illusion

Sachons profiter du silence, du calme et méditons pour mettre à profit l’opportunité d’aller enfin au dedans et retrouver notre intériorité.

Mis en avant

Ahabah

oui, mais lequel ??

Éros, Philia ou Agapè…

Sensuelle voir érotique, c’est le désir du bien.

Amicale ou empathie, c’est la noblesse du cœur.

Tendre, affectueux, c’est le mérite d’être aimé.

Dans l’absolu, le fondement même du sentiment d’aimer

est une reconnaissance de soi à travers l’attention porter à l’autre.

La question fondamentale qui nous préoccupe est un exercice de liberté.

Admettre qu’à travers le sentiment d’aimer, on ne sait plus qui l’on est, mais avoir la certitude, enfin!, d’être soi-même plus que jamais!!

Le bonheur implique l’écoute de soi pour trouver une cohérence entre ces trois types d’amour.

Renouer avec soi même, s’aimer.

Mis en avant

L’encontre

Plus forte que l’idée que l’on s’en fait, elle perturbe notre quotidien, nous obligeant à sortir de nous mêmes.

La rencontre nous nourrit, nous révèle et entraîne des conséquences existentielles.

Parfois délétère, elle reste une ouverture sur l’avenir, sans pour autant être asymétrique.

Mais le partage avec l’autre nous enrichit et nous permet une vision d’ouverture, elle nous réconcilie avec notre humanité.


Mis en avant

Détachement fataliste

Conditionné à répondre de manière standardisée aux événements, nous ne pensons plus, ne prenant plus le recul nécessaire nous permettant d’avoir un sens critique, dirigés par des stimuli sociaux.

Réagissons!!

Ce monde n’est pas une fatalité, nous devons contrer la peur, préserver l’empathie, croire aux autres, sortir de la solitude par un engagement dans le réel, ensemble .

Mis en avant

Illusion du moi

Les réseaux qui ce veulent sociaux entraînent une instabilité permanente de l’estime de soi.

Leur versatilité nous ramène à l’anonymat.

L’image de la liberté qu’ils nous font miroiter, laisse à penser d’un moi sans limites.

Jetée dans l’existence par ce leurre, l’inégalité sociale engendre la défiance et génère des rapports de force, de compétition.

Réapprendre l’autre…, C’est ensemble que nous devons affronter l’absurdité du monde

Mis en avant

Prolétarisation de l’existence

Déclassement social, pas que !!

Les normes de la société ont changé, remplacées par des protocoles où l’individu ne se retrouve plus.

Les performances, les enjeux économique font de nous des concurrents, des machines à produire pour atteindre un exceptionnel qui sera quotidien le lendemain, nous obligeant à l’escalade de la rentabilité.

Comment croire en notre valeur, si dans ce monde la crainte constante qu’un mieux puisse prendre notre place, quel que soit le domaine professionnel, personnel, amoureux.

Cette instabilité de l’estime de soi,nous porte vers l’obscurité et accentue la peur de notre insignifiance.

Mis en avant

Doute affectif

Rendre la tendresse dont on s’est senti privé et prendre conscience de la réalité des sentiments de l’autre.

Allez vers l’autre, c’est se retrouver soi même et se venger d’un passé affectif douloureux.

Chercher la réponse à ces questionnements pour vivre le présent c’est abandonner au présent, le temps qui lui est dû.

Mis en avant

Dépendance affective

Identifier sa relation, faire le lien entre le passé et le présent.

L’insécurité affective du moment est le reflet de l’instabilité émotionnelle d’une relation

familiale où l’on a ressenti le rejet, la négligence, l’exclusion.

L’ hyper activité, l’énergie extrême, sont des indicateurs d’instabilité affective.

Fuite émotionnelle ou recherche de l’amour inconditionnel

Mis en avant

Anesthésie affective

La souffrance d’une réalité vécue établit un paravent d’émotions négatives, et fausse notre perception de l’avenir.

Les souvenirs parasitent notre réalité présente, et rétrécissent nos perspectives de bonheur.

Ne pas tomber dans la procrastination, aller de l’avant, sans toutefois tout miser

sur l’avenir, au risque qu’il ne devienne un passé douloureux.

Mis en avant

Rumination

Comment savourer le présent, lorsque nos pensées sont déjà à l’avenir.
Nos spéculations anxieuses issues de nos ruminations constantes, ne nous permettent pas la sérénité de l’instant présent.

Cette hyper vigilance du futur, nous déconnecte et induit des croyances préjudiciables qui perturbent notre vie du moment

Spirale émotionnelle, ce tourbillon de pensées génère d’autres problématiques et amplifie nos émotions, au risque de nous mener aux portes de l’angoisse.

Mis en avant

Personnalité

Nous avons tous tendance à cataloguer les autres dans des cases préconçues par l’idée que l’on se fait d’une personne, de par son attitude, son langage corporel, son expression verbale 

Nous cherchons naturellement à valider nos jugements par une analyse toute personnelle en relation avec notre propre vécu, reliant l’ensemble de nos perceptions à l’entité de référence,…..: Nous !!!

Cette identification nous semble stable , immuable, alors qu’ô combien trompeuse

Mis en avant

Prosodie

Il nous faudrait accepter de faire le deuil de la perfection et garder une attitude linéaire dans nos vies.

La situation nous oblige à l’improvisation, mais aussi au devoir de nous adapter.

Antagoniste, ces deux actions n’en sont pas moins compémentaires.

S’adapter reste une fuite en avant, et nous oblige à subir, c’est simplement vouloir fonctionner.

Improviser nous permet de trouver des solutions , ouvrant des perspectives inconnues et nous permettant d’explorer les valeurs de cette nouvelle situation.

Savoir mettre l’après entre parenthèses pour évoluer ici et maintenant.

Mis en avant

Hier, Aujourd’hui, Demain

Dès la première ligne de ce texte, il fera partie du passé, alors qu’il se veut être un message d’avenir

Ne pourrions nous pas vivre le moment présent pleinement, comme un pont entre le passé et l’avenir

Trouver un nouveau sens au présent, celui d’être la toile de fonds de moments simples, mais vécus intensément.

Arrêtons de faire, essayons d’ Être

Mis en avant

Le temps

On rêve tous d’en trouver pour pouvoir le perdre !!!

La sensation qu’il nous échappe, ne serait il pas le fait que nous sommes toujours tiraillés entre notre passé et nos projets d’avenir.

Ou est-ce la représentation angoissante de notre mortalité .?

Ne devrions nous pas, pour vivre pleinement le présent, avoir une totale absence d’espérance!!

Mis en avant

Façonner

Éduquer, confectionner, embellir …

est ce les façonner, que de vouloir inclure à nos progénitures une certaine éducation

l’argile doit elle se plaindre d’être transformé en une jolie poterie

transformer par le dialogue une situation conflictuelle, pour embellir une relation

Façonner ou simplement établir un code de conduite pour une meilleure vie à deux, mais dans la positivé

Les recommandations liées au développement personnel nous porte à devoir dire et entendre les injonctions de l’autre

Imposer, dans une relation amicale ou amoureuse induit une forme d’agressivité et plonge les gens dans une abîme angoissante

Nous devons cultiver une zone de recel, accepter l’autre avec le cœur, chasser l’égoïsme

Mis en avant

Mon pote Pascal

Je reste seul,

Seul, de cette solitude qui fait mal

Il est parti mon ami, mon contraire.

Antagoniste par excellence, nos vies nous ont réunies à travers une amitié durable

Malheureux je suis ici , j’espère qu’il est enfin arrivé à cette sérénité à laquelle il aspirait

Le passé se glisse insidieusement dans mes pensées , nos discussions, nos rires, cette complicité dans les silences

Pourquoi faut-il qu’il y ait un décalage dans ce partage de vies, laissant la place au vide

Avons nous encore suffisamment de temps, avant de traverser le Styx, pour le perdre

et ne pas profiter des autres

Mon pote, tu est parti, mais ô combien encore la

Tu est libre et libéré, je suis heureux pour toi.


Mis en avant

Arguties

Croire à l’impossible c’est déjà  donner une valeur à la possibilité que…..

Imaginer que l’impossible devienne possible est impensable !!

Ne pas craindre l’impossible , rend cette impossibilité pensable, et donne à la source de notre inquiétude le risque que cela ne devienne réalité.

Impossible n’est donc pas impensable et croire que cela est possible n’est pas forcément impensable

On se doit de conserver une petite lueur d’inquiétude, est si un jour l’impossible devient possible .,.,,,,impensable dites vous ! ??

Mis en avant

Créativité

J’ai écrit sous l’impulsion de la souffrance.

Ma créativité relevait de mon mal d’être.

Le bien être serait il une somnolence à cette créativité…..

Le bonheur ne nous pousse pas à l’introspection

La souffrance psychique, psychologique alimente nos émotions et nous ouvre la porte à l’inspiration.

Est le bonheur, antagoniste au malheur, pourrait il influencer notre créativité ? .!!

Mis en avant

Émotions


Les émotions sont toujours porteuses de messages  inconscients.

Elles doivent être entendues et analysées.

Trouver une congruence entre ces émotions et son vécu ?

Se reconnaître dans ses émotions, c’est accepter notre sensibilité, voir hypersensibilité.

Les dimensions sensorielle, intellectuelles ou affectives prennent toute leur signification.

Être en arborescence avec notre quotidien nous aide, cela nous donne une puissance émotionnelle.

Cette sensibilité s’avère être un cadeau et nous ouvre la jubilation d’être soi

Mis en avant

La Mort

Faut il y penser souvent pour ne plus la craindre….

Ne serait il pas préférable de ne plus y penser pour vivre pleinement….

Compensons la brièveté de nos vies en leur donnant toute l’intensité et la qualité qu’ils nous est possible.

La finitude de nos vies devrait nous inciter à profiter pleinement de chaque instant de joie et prendre conscience des plaisirs d’amour partagés

Vivre mieux plutôt qui d’y penser.

Mis en avant

Renoncer

Simplifions nos pensées, évitons les cogitations inutiles, cessons de ruminer le passé ou d’anticiper fébrilement l’avenir.

Renoncer, c’est éprouver le manque, donc un bouleversement émotionnel qui peut provoquer une sorte de trauma.

L’objet même du renoncement n’a de valeur que celle qu’on lui accorde et toutes douleurs dûes à ce renoncement doivent être analysées pensées….pansées.

Renoncer n’est pas synonyme de lâcheté et d’échec, mais revêt une certaine valeur de courage.

Mis en avant

Force intérieure

La résistance de l’être demande de l’endurance physique et psychique.

Ne pas se laisser déborder par ses émotions, gérer ses pulsions, privilégier la réflexion stratégique à l’action.

La confrontation d’un passé ou l’on a subi sans pouvoir riposter, risque de nous couper d’une certaine forme de spontanéité émotionnelle, et développe une certaine combativité.

Ce qui engendre une sensibilité particulière à l’injustice, une tolérance relative à l’autorité mais aussi une hyper activité et agressivité.

Identifier l’origine de son courroux, garder le sens de la réalité, canaliser ses forces et faiblesses, ne pas rester prisonnier du schéma originel.

Mis en avant

Chemin sensoriel

Le chemin du cœur, randonnée des émotions retrouvées.

Que de parcours tortueux et difficiles m’ont perdus dans les méandres de cette nature sauvage que sont les idées noires.

La découverte d’un itinéraire sensoriel, me fit découvrir, redécouvrir la douce caresse d’un rayon de soleil, le bonheur d’un pas assuré, la joie d’un paysage serein

Ce chemin qui me mena vers L.

Mis en avant

Affordance

La situation actuelle, modifie, par obligation notre perception du monde qui nous entoure.

Le regard suspicieux sur l’autre, celui qui se rit du masque, cette poignée de porte déjà employée qui peut être dangereuse, ces objets de notre quotidien qui désormais nous effraient.

Ne pas laisser le biais cognitif s’installer, ce danger imminent de penser que nous n’avons aucune prise sur le déroulement de nos vies.

Rejeter l’amertume de l’impuissance, écoutons la vie.

Mis en avant

Amour de soi

Sans idéaliser Narcisse, s’aimer peut permettre d’aimer …

Ne pas passer à côté de sa profondeur, de sa richesse intérieure, mais ne pas passer à côté des autres.

Aucune axiologie dans la perception de notre personnalité, juste une prise de conscience positive.

Ce reconnaître et s’accepter, pour donner une direction à notre existence.

Se pénétrer de la saveur d’une évidence, être soi..

Mis en avant

Le Net, pas très net

Les réseaux sociaux, école de la lâcheté.

Véhiculer une idée, même fausse, retranché derrière son clavier est le paroxysme de cette lâcheté numérique.

L’absence de visage, et par conséquent de réciprocité permet de s’indigner sans risques, sans confrontation directe.

C’est dans la rencontre physique de l’autre que l’on fait l’expérience de sa propre vulnérabilité.

Insulter une personne dans la rue, c’est prendre le risque qu’elle ne rétorque et qu’elle serre le poing.

Sur la toile, la honte de nos débordements reste anonyme.

Mis en avant

Faux besoins

Se libérer de nos adhérences psychologiques

La jungle des tentations pollue notre quotidien


La multitude d’options est en réalité un accélérateur d’anxiété et de frustration.

Sachons identifier nos priorités pour simplifier nos pensées.

On rumine le passé et anticipe l’avenir, oubliant de vivre le présent.

Définissons notre essentiel, retrouvons la vitalité de nos envies.

Mis en avant

Motivation à la résilience

Nos besoins les plus fondamentaux sont physiologiques.

Puis vient l’aspect sécuritaire et la préservation de notre environnement.

Enfin, l’appartenance, le besoin de reconnaissance, d’amour.

L’estime que l’on s’octroie est tributaire du regard des autres, mais la hiérarchisation des éléments que l’on imagine en notre faveur est liée à des facteurs autres.

En cette période hautement critique de notre bien être, les fondamentaux sont bousculés, les besoins primaires deviennent prioritaires.

Qu’en est il du domaine spirituel??!..

Mis en avant

Plaidoyer pour la nuance.

Étrangement, le mal que l’on nous fait nous est bénéfique.

Nous sommes une composition de nuances, et ce que nous sommes, nous le sommes devenus.

Est ce que penser en nuances serait une erreur ?.

Analyser la contradiction de notre personnalité ne nous pénalise pas pour autant.

Avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaître l’étendue de notre ignorance, laissant place au doute et à l’incertitude.

Mis en avant

Dialogue de sourd

Comment ne pas vouloir user de réthorique devant cet individu qui se targue de tout connaître sur un sujet qui bien souvent lui échappe.

Les arguments ne nous manquent pas, mais la bêtise de notre interlocuteur, nous sidère

à tel point que les mots s’entrechoquent et que notre bouche ne peut qu’exprimer des onomatopées.

Le sens du dialogue nous échappe et en finalité, nous sommes contraints d’abandonner ce dialogue de sourd.

Mis en avant

Samatha

Se remémorer un épisode agréable de notre vie, un paysage, un être cher, et par cette pensée, réactiver une sensation délicieuse et libératrice du moment difficile et de nos ruminations cérébrales.

Porter attention au présent, chercher la paix intérieure, le calme émotionnel.

Trouver notre espace intérieur, atteindre l’ataraxie .

Vivons chaque moment avec intensité, évitons la dispersion, soyons attentif, adoptons la prosoché.

Mis en avant

Réalité imprévisible

Le pire n’est jamais sûr, mais notre propension à vouloir nous détruire, fait de nous les seuls êtres vivants conscients que notre avenir n’est pas garanti.

Nous sommes capables. , en un seul geste de gâcher ce que nous avons mis une vie à réaliser

Sans adhérer à la collapsologie, il nous faut garder à l’esprit que le risque existe, mais aussi que nous sommes capables du mieux et que bien que n’ayant aucune garantie sur notre avenir, il nous appartient

Mis en avant

Paix intérieure

Éclair de beauté face à un sentiment naissant.

Une douceur qui nous envahit et appartient au sacré.

Être heureux,

Serait-ce que le monde se fige dans notre mémoire comme si le bonheur était une valeur universelle.

Les craintes, les doutes, les angoisses sont toutes baignées de confiance et l’avenir semble auréolé d’une lueur sereine.

Les épreuves de la vie développent la sensibilité et la compréhension et permettent la compassion et l’amour de l’autre.

Mis en avant

Papier et Crayon – Crayon à papier

Au cas où nos écrits ne devaient pas nous plaire, il suffit de gommer

Mais peut on gommer nos vies et les souvenirs qui les ponctuent..

Trop de trop, pas assez du reste et soudain l’asphyxie des autres, le besoin de solitude.

La réalité du quotidien est bien éloignée du désir imaginaire.

Le monde vacille autour de moi ou est ce moi qui vacille dans ce monde ou je me suis perdu.

Mis en avant

Ode à ma Princesse..

Comment expliquer ce sentiment qui nous enflamme le cœur, nous rend fébrile et craintif tout à la fois.

Comment traduire par des mots, ces sentiments qui nous lient à jamais.

Notre vie change aux premiers instants de la leur.

Peut on mesurer tout ce qu’un père peut donner, et tout ce qu’il n’a pas su..,

Être à la hauteur de leurs besoins ?!!, Certainement pas.

Les regrets sont les plus sinistres des émotions et les remords m’ont alangui.

Princesse….

La vie nous a séparé, drossé vers l’inconnu, mais si tu devais avoir une prochaine vie, j’aimerai être de nouveau ton père .

Mis en avant

Harcèlement émotionnel

Amitié ou amour, il rend insatiable et malheureux

Toute relation fragilise, les affects et émotions sont toujours en décalage

Équilibrer le bon au mauvais, le négatif au positif

Comment nous en affranchir et retrouver notre intégrité,

nous permettant d’apprécier l’autre et peut être d’aimer .

Aimer sans craindre la dépendance affective, accorder la liberté

Mis en avant

Voyage

Étrange sensation que d’être seul dans cet aéroport, véritable kaléidoscope de races, couleurs vestimentaires, d’attitudes, fourmilière d’individus qui s’agitent.

Je pars, seul !!

De cette solitude souhaitée, que va-t-il en ressortir ?

Me sentir libre, aller à ma guise, ne pas parler, ne pas répondre, laisser mon esprit se délecter de cette sensation de solitude.

Tel un pèlerin qui au fil du temps passe sous ces souliers, appréhende la suite du chemin et laisse vagabonder son esprit dans la construction imaginaire de ce que pourrait être son demain.

Le poids de mon sac, trop chargé d’émotions, de remords, de regrets et des douleurs résultant de ce parcours passé, m’oblige  à courber l’échine mais pas à renoncer à cette quête de l’avenir.

15 Juillet …..

Être en retrait, manquant de la vitalité, de la chaleur des liens sociaux, et de l’absence de tissus affectifs qui donnerai de l’intensité à son existence.

La solitude n’est féconde que si elle est ponctuelle ou sublimée, sinon elle se transforme en isolement et dessèche l’être, le menant à la dépression.

L’audace de bon nombre de ses actions, sa propension à choisir les sentiers non défrichés effraient bien souvent, mais ne sont que le miroir de ses angoisses intérieures.

Une culture familiale peut enclin à la valorisation des sentiments, des événements de vie marquants , développent un triptyque de valeurs négatives t’elle qu’anxiété, tristesse, faiblesse affective.

Pouvoir surmonter ces peurs, oser traverser cet océan d’émotions pour enfin vivre une relation à deux.