Evasion par la pensée.

Les ténèbres silencieuses m’enveloppent, je flotte au milieu de nulle part dans un environement que je n’identifie pas.

Soudain, quelque chose de subtil survient, une vague lumiere, fugitive, pâle dans cette pénombre qu’est devenu mon esprit, dans ce néant.

Et des mots viennent à moi, et la lumière envahit ce cachot qu’est ma tête., je ne suis plus seul, mais toujours en prison, prisonnier de ce corps, dans ce cerceuil de chair.

Avec pour unique sensation cette souffrance, cette vague de douleur qui envahit ce cerveau blessé et la conscience qui se connecte doucement à cette réalité angoissante.

La peur étant un vecteur de survie, et mon esprit ayant pris les rênes de mon existence, je devais m’évader de cette condition au risque de me perdre à jamais dans les méandres de cette prison cognitive.

Elles m’attendaient et je ne voulait pas les décevoir par mon absence.

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Pour le plaisir des Mots qui chassent les Maux

Un avis sur « Evasion par la pensée. »

%d blogueurs aiment cette page :