Confrérie de la mort

La hantise de la mort, la décrépitude du corps, l’esseulement de la fin, sont des certitudes du pire auquel ont ne peut ce soustraire.

La conscience de devoir affronter l’inexorable conditionne nos vies, cette lucidité sur notre condition humaine et par la même l’inquiétude qui en découle de devoir un jour renoncer aux plaisirs de la vie nous la fait aimer à travers ces moments volés

Les arguties du bonheur ne suffisent pas à effacer le goût de la perte du temps qui s’efface.

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :