Vieillir

Le silence des moments perdus au fil du temps qui passe

L’esseulement des nuits sans sommeil, peuplées de souvenirs, de morts et de fantômes ou l’on confond l’aube à l’aurore.

La proximité de la mort renforce l’intensité de l’existence, la résorption du temps lié à la dissolution d’exister

La fin est devant nos yeux, mais l’espoir du jour qui passe nous encourage au suivant

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :