Libre conscience

Est-ce-que la conscience est le reflet des représentations de notre quotidien à l’état d’éveil, en opposition à l’inconscience qui serait issue du sommeil.

Ce qui fait de nous des êtres responsables d’où la capacité de jugement intérieur de nos actions

Bonne ou mauvaise, la conscience s’oppose à l’inconscience morale de nos actes

La capacité de penser aux conséquences de nos actes et de nous responsabiliser, nous apporte la certitude de notre existence consciente et ne permet aucune excuse quant à la nature même de nos actions

Mais, est-ce-que la conscience est par nature intentionnelle

Bien agir !!

Respecter ses idéaux suffit-il à valider une bonne décision, aux risques possibles, de conséquences mauvaises.

Nous ne disposons d’aucun moyen nous permettant d’être sûr du bien fondé de nos choix.

Vouloir bien agir suffit-il pour excuser l’erreur de jugement face à l’incertitude de l’avenir .

Bien agir ….. la décision consciente de l’intention, motivée inconsciemment par des principes et valeurs, mais dont les résultats restent improbables et sujet à controverse.

Consolation

Apaiser par des mots, plus que par l’action.

Toujours nécessaire dans une relation d’empathie, toujours insuffisante dans l’absolu.

Consoler l’autre, ne change rien au fait, mais change tout pour celui qui reçoit, l’empêchant d’être seul dans la douleur.

Accepter la consolation c’est reconnaître sa faiblesse, sa vulnérabilité, il nous faut alors faire preuve d’auto consolation pour renforcer le bénéfice de l’aide reçue.

Savoir écouter, être présent, simplement laisser l’abandon de soi est la confiance s’installer.

Ce lien d’intimité ne requière pas de gratitude, il nous porte vers le bonheur, diminuant la douleur du moment.

Sublimer la colère

Reconnue comme l’un des 7 péchés capitaux par les hautes instances chrétiennes, la colère, ne leur en déplaisent, peut-être bénéfique.

Excessive, voir inutile, elle nous rend souvent ridicule et inefficace, dans la représentation de sa négation.

Mais parfois salutaire, légitime elle peut conduire à la résistance, à la révolte et à l’action.

Il est des colères qui nous enferment dans notre ego, d’autres qui nous rattachent à notre conscience.

Transformons cette colère en un sentiment de civilisé, de créatif, voir de spirituel.

Sublimer la colère serait-ce la seule solution au malaise qui l’a engendrée.

Agir, oui mais !!

Comment savoir de manière irréfutable que nous avons fait le bon choix, que notre processus de raisonnement est juste.

Le bien fondé d’une décision, n’appartient pas toujours à une logique salutaire, qui, conformément à la pensée générale aurai toujours des effets positifs.

Est ce que la justification de nos décisions, est liée à des principes de loi morale uniquement, excusant ainsi ses conséquences imprévisibles.

L’intention détermine t’elle la valeur morale de nos actions, alors que l’on ne peut-être sûr que les conséquences souhaitées seront bénéfiques.

Il ne suffit pas de suivre nos principes moraux pour être sûr d’avoir bien agi, tant la conception du bien et du mal reste toute subjective parfois.

Exilé

Changer de milieu confine à la trahison de soi, voir des autres lorsque la réussite nous ouvre les bras.

Culpabilité, sentiments mitigés d’illégitimité, voir d’imposture face à ceux qui restent.

Bien souvent, le retour vers eux est synonyme de gêne réciproque, le transfuge, devient ce héros qui pourtant, est dans l’impossibilité de s’estimer à sa juste valeur, tant il doit gérer les conflits intérieurs que génèrent son retour.

La honte d’avoir eu honte de ses géniteurs, de ce milieu social dans lequel il ne se reconnaît pas.

Mais comment trouver sa place ailleurs, sans s’éloigner des valeurs qui nous ont nourris. Adhérer à d’autre codes, d’autres schémas de pensées, creuse irrémédiablement un fossé et nous fait paraître bien arrogant face à eux.

Interpréter

Interpréter relève d’un doute sur le bien fondé de notre vision sur l’objet de cette interprétation.

Offrir un autre hypothèse, l’herméneute doit admettre la multitude d’option.

L’interprétation est elle une manière de dévoiler un autre sens à notre perception, ou serait-ce comme une révélation pour en dévoiler le sens caché.

Réflexion aporétique, car Il nous manque souvent la connaissance globale du sujet pour ce permettre l’analyse des nombreuses strates de signification.

Notre animalité

Nous ne sommes pas de purs esprits et notre survie démographique est tributaire de nos pulsions sexuelles, qui nous éloignent de notre humanité en tant qu’être supérieur.

Libérateur de nos tensions, le sexe occupe nos esprits bien plus que les plaisirs spirituels.

L’acte est le garant de la pérennité de la race et nous fait oublier nos angoisses existentielles.

Inconscience

Elle permet de nous déculpabiliser et nous démet d’un partie de notre libre arbitre, donc de notre liberté de choix conscient et indirectement de notre responsabilité.

L’inconscient serait-il la part sombre utile de notre mauvaise foi…

Notre comportement face à certaines situations, feignant la surprise, est il inconscient ou révélateur d’une conscience altérée dont nous ne pouvons nous en émanciper.