Changement

La transition d’une vie vers une autre laisse des séquelles que l’âge alourdit.

Une vie défaite…..ou la défaite d’une vie .

S’affranchir d’un passé, d’habitudes, oser penser autrement.

Etre en exil toujours et partout…

Il a suffit d’un départ, pour me permettre d’arriver.

De la douleur du manque, pour fuir l’excès.

Il faut un certain relâchement de notre quotidien pour que les souvenirs affleurent nos pensées.

Copyright© 2020

Libéré par le chemin

Le chemin, nous libère de nos entraves quotidiennes.

C’est un dévoilement progressif, kilomètre après kilomètre.

On apprend à se dépendre de nous mêmes à se déporter de la réalité.

Le chemin est un miroir, où l’on ce voit tel que l’on est , impossible de ce cacher.

La libération de notre moi, et de nos contraintes, familiales, professionnelles et autres, vont nous permettre d’accéder à notre propre altérité.

Il me plait de cogiter éperdument au fil de mes pas, suscitant des émotions inattendues.

Copyright© 2020

Recueil de pensées d’un marcheur perdu, dans ces sentiments

Accompagné par les mêmes mélodies depuis trop longtemps, je n’en n’apprécie pas moins leur présence.

Mon passé m’échappe, mon avenir me fuit et mon présent m’angoisse.

Le silence choisit …

Le seul son perceptible étant celui des oiseaux qui chantent le printemps,

Le murmure d’un cours d’eau  cheminant entre les roches, qui reprend ses droits à la glace qui persiste à vouloir faire durée l’hiver.

Ce clapotis  dont la  mélodie ponctue, cette harmonie naturelle.

Le silence lié à la solitude, solitude choisie, qui m’enferme dans ce monde interne où chaque habitant, laisse la place à l’autre et s’efface, s’estompe comme la brume matinale sous l’assaut du jour qui se lève et ainsi dévoile le paysage.

Je suis en équilibre entre le passé et l’avenir, paralysé sur le fil du présent.

Fatigué par ces interminables heures à marcher dans ce dédale qu’est mon esprit.

Je marche le long des berges de  mon passé, cherchant cette passerelle qui me mènera sur l’autre rive.

Copyright© 2020

Aller vers ….nous.

Tortueux est le chemin menant à la connaissance de soi…

Prisonnier du regard des autres, qui, s’il peut nous aider à nous construire, peut aussi nous inhiber , nous rejeter.

Définir ce qui est pour nous, essentiel, secondaire, ou important, relève bien souvent d’un exercice difficile.

Seule une déchirure dans notre quotidien affectif ou existentielle nous interpelle sur cette question fondamentale.

Atteindre une cohérence intérieure, c’est valider cette petite voie, au fond de nous qui somme l’hallali

La société nous étouffe et nous empêche d’être fragile, nous devons adopter une attitude, composer avec le regard des autres et par la même nous éloigner de notre moi intérieur.

Fragile, ne pas confondre avec faible, mais de cette fragilité qui nous rattache à l’univers, à la prise de conscience que nous ne sommes pas supérieurs et que l’échec peut être bénéfique.

Impossible d’être vraiment soi même, face au regard des autres qui attendent de nous, de correspondre à l’image qu’ils se font .

Ne pourrions nous être nous même , qu’à travers la solitude ??!

Copyright© 2020

Oh Vieillesse Ennemi

Que dire de ces majestueux arbres millénaires devant lesquels, aujourd’hui encore on s’extasie sur leur pérennité à travers le temps, et qui œuvrent à préserver notre écosystème, qui ombragent le marcheur et dans lesquels une multitudes d’insectes et de volatiles se réfugient dans leur feuillage.

Que de visiteurs dans ces sites archéologiques chargés d’histoire et qui se dressent encore dans leur splendeur malgré le temps passé et les déprédations humaines et dont les ruines nous émerveillent, laissant notre imagination rejoindre le passé.

C’est à travers la lecture d’ouvrages anciens, dont on accepte l’histoire, que l’on apprend notre présent.

Conscient que ce passé est riche, nous cherchons encore les clés de notre devenir.

On vénère ainsi l’âge, l’expérience, le vécu dont on essaie de retenir les erreurs pour construire notre avenir.

Alors pourquoi n’en est-il pas de même, avec nos aînés, pourquoi ne pas reconnaître que nous leur devons la vie, et par la même le respect de leur existence.

Qu’ils sont l’essence même de notre savoir et que leur passé nous guide vers notre avenir, en nous évitant les embûches qui ont été les leurs.

L’expérience se lit dans ces regards usés, la vie a tracé des sillons sur ces visages qui un jour s’effaceront de notre mémoire.

Il sera trop tard à ce moment pour regretter leur absence.

Pourquoi notre société cherche à les cacher dans ces établissements où le bonheur et la délivrance n’est accessible que dans la mort !

Respectons nos Vieux, écoutons les… un jour nous serons certainement heureux que l’on nous écoute. 

N’oublions pas que c’est nous aujourd’hui, qui seront les vieux de demain, et que les structures d’accueils qui sont les leurs, seront les nôtres.

Copyright© 2020

Etre Résilient

Les traumatismes restent en mémoire……. font ils de nous des résilients ????.

La vie nous oblige à une lutte quotidienne, mais lutter dès le premier âge, ne peut que créer de l’amertume, qui ne s’explique que par un dégoût de la vie.

Injustice du sort !!, peines et tourments de l’existence.

Souffrir en silence, incompréhension d’une vie dont on n’a pas de souvenirs

User d’aménité, chercher à compenser nos traumatismes par un excès d’emphatie.

Je suis résilient

Utopie de l’amour

Cette construction que sont les sentiments, tributaires de paramètres autres qu’émotionnels.

Il faut être à l’image de notre société, consommable pour plaire.

Sexy, sportif, drôle, cultivé et sexuellement performant.

Le romantisme, la passion, font problèmes et défauts.

Trouver la bonne stratégie émotionnelle pour préserver ses sentiments, oublier le raisonnement communicatif et laisser aller les gestes, les sensations, les émotions.

Copyright© 2020

Interrogation fondamentale

Pourquoi???…..’.’.

Question pourtant simple, mais aux applications tellement diverses.

Les enfants, adeptes de cette interrogation, nous renvoient bien souvent à notre ignorance.

Demander pourquoi, c’est s’intéresser à un fait, à une cause , et bien souvent, la frustration nous guette lorsque l’on ne peut répondre.

Mais faut il impérativement avoir réponse à tout..?!!

Ne faut il pas, simplement avouer notre ignorance !!

Pourquoi..pas!!

Universalité de l’âme

Ressentir des oscillations dans nos états d’âmes, c’est accepter la présence d’autres et leurs influences sur nos pensées.

Mais il nous faut chercher la sérénité et ne jamais y renoncer.

Entretenir la récurrence de nos pensées même douloureuses, comme étant une condition d’accès à cette sérénité.

Nos émotions, ce mélange de pensées et de sensations, revêtent une disparité dans leurs intensités, mais nous rattachent à notre condition humaine, d’être faible et sensible.

Copyright© 2020

Marche arrière

Faire marche arrière, pour aller de l’avant !!

Faire un pas vers le passé pour enfin pouvoir imaginer l’avenir.

Mais le peut on ??

Il faut du courage pour revenir sur soi

De l’abnégation pour revendiquer le présent, acceptant le passé.

Envisager l’avenir avec le passé pour trame et ainsi, enfin,

vivre le présent au présent !! , oubliant ce qui nous a amené là …!!

Pensons à tout ce qui doit nous mener ailleurs..

Allons de l’avant

.

Copyright© 2020