Apanage du marcheur.

Les souliers et le bâton……pardon, le Bourdon !! Bien qu’ils aient perdu de leur utilité en tant que telle, et ont été remplacés par des artifices sportif, ils nous rappellent le langage corporel de ses pèlerins, ses  mendiants, ses ermites.Il nous permet de rétablir l’équilibre, il allège le poids, divise l’effort. Il est un compagnon, unLire la suite « Apanage du marcheur. »

Pourquoi ??

Devrions nous être  tellement surpris du bien-être d’une belle journée ?!! Un réveil agréable, sans tension. Une  nuit calme, sans démons. Aucune  appréhension sur les heures à venir. Confiant en cette journée qui s’annonce,  pleine d’inconnu et  que nous appréhenderions  avec l’énergie d’un marathonien dont le pas, au fil des heures qui passent, faiblirait etLire la suite « Pourquoi ?? »

Compagnon!!

Le soleil enfin, décide d’être du voyage et chasse le brouillard matinal. Et soudain au gré de ces rayons qui brillent sur ces paysages désertiques, tu chevilles à mes côtés. Je marchais solitaire sur le flanc de cette colline à l’aube de ce nouveau jour et tu apparais à mes côtés. Silencieux, passant de droiteLire la suite « Compagnon!! »

Ne pas aimer

Le conditionnement involontaire des premières années façonne notre futur. Un sentiment d’abandon, et on se prend à ne vouloir être aimé… Se préserver, se défendre, anticiper et se mettre à l’abri de ces douleurs de l’âme à venir La perte de repères affectifs occasionne un traumatisme précoce qui nous empêche, à l’avenir d’aimer… et…..de s’aimerLire la suite « Ne pas aimer »

Disparaître du Présent

La marche nous fait entrer dans le monde de l’inspiration, elle induit une transe, nous incitant à la recherche d’un monde nouveau et libérant notre esprit  de la rumination de nos soucis quotidien. Au rythme du balancement de notre corps, la marche est une perpétuelle recherche d’équilibre, tel un métronome corporel Équilibre physique dans leLire la suite « Disparaître du Présent »

Princes du vent

Que cela soit Zephir, qui par une brise légère, fait onduler les prairies, et véhicule par son souffle délicat, les senteurs odoriférantes. Que cela soit Notos, qui humidifie les sols de ces pluies de saison. Que cela soit Euros, qui balaie les feuilles mortes, permettant à la nature de se couvrir avant l’hiver. Que celaLire la suite « Princes du vent »

Que les méandres de l’esprit sont tortueux

Le chemin intérieur de nos pensées est aussi délicat que le camino… Perpétuelle recherche d’équilibre, on se doit d’être attentif aux embûches du chemin, racines, pierriers, et autres pièges naturels Que dire de ce périlleux chemin intérieur où notre esprit cheville au gré de nos émotions. Les antagonismes s’affrontent, l’espoir à la résignation. Les fauxLire la suite « Que les méandres de l’esprit sont tortueux »

Marcher en pensée….

La marche est un chemin vers la libération de la pensée. Marcher et penser vont de pair, indissociable et lier.  L’un entraine la manière de l’autre et cet autre incite à la première. Marcher nous permet de retrouver nos sens, et de canaliser nos énergies vers l’essentiel. Il y a, en fait, une sorte d’harmonieLire la suite « Marcher en pensée…. »

Cours d’eau, cours de pensées

Au fil des pas, un kaléidoscope de pensées s’entrechoquent et m’interpelle sur cette avenir…à venir !! La solitude nous sied, à travers l’indépendance de nos actes, la liberté de notre temps, le non partage de nos pensées. On cherche l’écho réconfortant du passé tout au long de ces chemins parcourus, mais l’on ne trouve que leLire la suite « Cours d’eau, cours de pensées »