Douce violence que d’aimer


Oxymore par excellence

Grand brûlé par l’amour, d’une mélancolie amoureuse, on se sent usée , fatiguée 

Bien que l’amour soit le sentiment majeur de nos existences, il n’en reste pas moins le plus douloureux 

Notre besoin d’attachement émotionnel est ancré dans nos gènes, pour le plus grand bien de la race humaine.

Mais …. Comment, pour plaire, devons nous faire pour être rassurant sans être étouffant, fort , mais avec une sensibilité accessible, désirable sans paraître salope ..

Que d’impasses et d’injonctions contradictoires

Aimer, c’est être vulnérable 

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :