Le silence

Le silence choisit,

Seul son perceptible, le chant des oiseaux.

Le murmure d’un cours d’eau cheminant entre les rochers et dont le clapotis ponctue la mélodie du courant.

La solitude liée au silence , solitude choisie, enfermée dans ce monde interne et silencieux où chaque habitant s’efface pour laisser exister l’autre et s’estompe comme une brume sous l’assaut des premiers rayons, dévoilant ainsi le paysage.

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :