Recueil de pensées d’un marcheur perdu, dans ces sentiments

Accompagné par les mêmes mélodies depuis trop longtemps, je n’en n’apprécie pas moins leur présence.

Mon passé m’échappe, mon avenir me fuit et mon présent m’angoisse.

Le silence choisit …

Le seul son perceptible étant celui des oiseaux qui chantent le printemps,

Le murmure d’un cours d’eau  cheminant entre les roches, qui reprend ses droits à la glace qui persiste à vouloir faire durée l’hiver.

Ce clapotis  dont la  mélodie ponctue, cette harmonie naturelle.

Le silence lié à la solitude, solitude choisit, qui m’enferme dans ce monde interne ou chaque habitant, laisse la place à l’autre et s’efface, s’estompe comme la brume matinale sous l’assaut du jour qui ce lève est ainsi dévoile le paysage.

Je suis en équilibre entre le passé et l’avenir, paralysé sur le fil du présent.

Fatigué par ces interminables heures à marcher dans ce dédale qu’est mon esprit.

Je marche le long des berges de  mon passé, cherchant cette passerelle qui me mènera sur l’autre rive.

Copyright© 2020

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :