Aller vers ….nous.

Tortueux est le chemin menant à la connaissance de soi…

Prisonnier du regard des autres, qui, s’il peut nous aider à nous construire, peu aussi nous inhiber , nous rejeter.

Définir ce qui est pour nous, essentiel, secondaire, ou important, relève bien souvent d’un exercice difficile.

Seul, une déchirure dans notre quotidien affectif ou existentielle nous interpelle sur cette question fondamentale.

Atteindre une cohérence intérieur, c’est valider cette petite voie, au fond de nous qui somme l’hallali

La société nous étouffe et nous empêche d’être fragile, nous devons adopter une attitude, composer avec le regard des autres et par la même nous éloigner de notre moi intérieur.

Fragile, ne pas confondre avec faible, mais de cette fragilité qui nous rattache à l’univers, à la prise de conscience que nous ne sommes pas supérieurs et que l’échec pour être bénéfique.

Impossible d’être vraiment soi même, face au regard des autres qui attendent de nous, de correspondre à l’image qu’ils se font .

Ne pourrions nous être nous même , qu’à travers la solitude ??!

Copyright© 2020

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :