Que les méandres de l’esprit sont tortueux

Le chemin intérieur de nos pensées et aussi délicat que le camino…

Perpétuelle recherche d’équilibre, on se doit d’être attentif aux embûches du chemin, racines, pierrier, et autre pièges naturelle

Que dire de ce périlleux chemin intérieur ou notre esprit cheville au grée de nos émotions.

Les antagonismes s’affrontent, l’espoir à la résignation. Les faux semblants aux paraître, les affirmations ourdissent les contraires.

Publié par Tribulations cérébrales d’un Saunterer solitaire

Ne pas chercher pourquoi on marche.... La marche est la réponse.!!!

%d blogueurs aiment cette page :